• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Communauté
      • Easy-EcoComparateur
  • Connexion
Les chasseurs pourront tuer des sangliers presque toute l'année
Publié le 28/03/2020

SociétéFrance

Twitter Facebook 1166 partages

Les chasseurs pourront tuer les sangliers pendant 10 mois dans l'année, selon décret du gouvernement. La période autorisée est allongée afin de diminuer les conflits entre chasseurs et agriculteurs. Cela devrait être mis en application dès le mois de juin.

 

 
© budabar /123rf

Les installations des agriculteurs sont très souvent saccagées par les sangliers. Ils reprochent aux chasseurs de les laisser se proliférer depuis plusieurs années. Les fédérations de chasseurs ont dû indemniser les agriculteurs de 30 millions d'euros, en 2017. C'est pourquoi le gouvernement a décidé d'intervenir face à cette situation. Cette décision a été prise afin de limiter les dégâts causés par les sangliers, autour d'une table ronde réunissant des représentants de chaque branche. Il est ainsi possible de chasser de juin à fin mars de l'année d'après, d'aurénavant. Malheureusement, la Ligue de protection des oiseaux anticipe déjà les possibles tensions.

«La France est le pays qui chasse le plus grand nombre d'espèces sur la plus grande période dans l'année. Et on veut être les champions de la biodiversité ! Il y a un problème.» a déclaré Yves Verhilac, directeur général de la LPO.

Une activité quasi-permanente !

C'est le 3 mars qu'a été décidé l'extension de la chasse aux sangliers. Toutefois, elle déplaît aux associations pour la défense des animaux qui voient là une occasion de rendre cette activité quasi-permanente. Une association de protection de la nature dénonce ce décret du gouvernement qui devrait autoriser la chasse aux sangliers pendant 10 mois de l'année, soit presque toute l'année !

Les chasseurs assurent pourtant ne pas vouloir abuser de cette extension. D'ailleurs, des dérogations leur étaient déjà accordées avant. Pour eux, il s'agit simplement d'une formalité. Ce décret devrait s'appliquer également aux chevreuils et aux renards.