• Connexion
Derrière ces attractions touristiques se cache une réalité bien moins rose
Publié le 30/03/2016 Modifié le 30/11/2016

NatureThaïlande

Twitter Facebook 1413 partages

Une promenade à dos d'éléphant, un selfie avec un énorme tigre, une baignade avec les dauphins ... Tout le monde en a rêvé ! Et pourtant, derrière ces belles images et ces fantasmes de voyageurs, se cache une réalité bien triste. Voici 10 activités que vous ne devriez plus faire en voyage.

  • Twitter
  • Facebook
  • 1 - Monter à dos d'éléphant
    1 - Monter à dos d'éléphant

    Vous imaginiez comme nous que ces grosses bébêtes pouvaient être dressées parce que les éléphants c'est super gentil et mignon ? Eh bien non. Désolé de briser vos rêves, mais pour arriver à ce résultat, les dresseurs séparent les bébés éléphants de leur maman à la naissance (oui, comme dans Dumbo) et les frappent avec des crochets acérés. Ils pratiquent aussi le phajaan, dont on vous passe les détails.

  • 2 - Prendre des selfies avec des tigres
    2 - Prendre des selfies avec des tigres

    Oh ! Comme ils sont mignons ces tigres, on dirait des peluches ! Sauf que non. Ce sont des animaux sauvages qui sont maltraités pour que nous, touristes qui n'imaginons pas qu'une telle cruauté soit possible, puissions prendre des jolies photos avec eux. En Thaïlande, il existe 10 temples comme cela, abritant 614 tigres malheureux.

  • 3 - Se promener avec des lions
    3 - Se promener avec des lions

    Comme avec nos éléphants Thaïlandais, les bébés lions sont arrachés à leur maman dès la naissance, de manière à les habituer aux humains. Et quand ils atteignent l'âge de 4 ans, ce qui correspond à leur adolescence, ils deviennent potentiellement trop dangereux. Alors ils sont relégués au rang de reproducteurs, que l'on séparera de leurs petits dès leur naissance. Quelle jolie histoire de famille.

  • 4 - Les spectacles de montreurs d'ours
    4 - Les spectacles de montreurs d'ours

    Un ours sur un vélo et qui danse en jupette, que c'est rigolo ! Non, les ours ne font pas ça dans la nature donc non ce n'est pas possible d'atteindre un tel résultat sans maltraitance ou privation. Donc oui, ces ours sont maltraités. Et les enclos ou vous verrez plusieurs ours ensemble : impossible aussi. Ces animaux vivent seuls, contrairement à ce que l'on peut voir dans Frère des Ours.

  • 5 - Porter et caresser de tortues de mer
    5 - Porter et caresser de tortues de mer

    Contenue dans des aquariums ouverts, les tortues de mer subissent un stress qui fracture leurs nageoires et font se détacher leurs griffes. Des touristes maladroits sont également un risque pour ces adorables créatures, qui, en tombant, pourraient voir leur carapaces brisées. Donc non, on ne joue pas avec Squiz, la tortue copine avec Nemo. La dernière ferme de tortue de mer se trouve dans les îles Cayman.

1

Une nouvelle étude commandée par World Animal Protection et effectuée par l'unité de recherche sur la sauvegarde de la vie sauvage de l'université d'Oxford révèle de très mauvaises nouvelles pour les attractions touristiques comprenant des animaux. L'étude démontre en effet qu'au moins 550 mille animaux sauvages sont retenus captifs afin de satisfaire des touristes peu informés. Les trois quart des activités qui mettent en scène des animaux sont coupables de maltraitances et d'abus vis-à-vis de la sauvegarde des animaux sauvages.

Plus alarmant encore, c'est le peu de connaissance qu'en ont les touristes. Un échantillon de 50 mille avis sur le site TripAdvisor montre que 80% des gens qui visitent ces lieux ont un avis positif sur eux. World Animal Protection propose de mettre en place, sur TripAdvisor notamment, une bannière d'information. Celle-ci informerait les utilisateurs sur la nature des pratiques en vigueur dans les lieux de maltraitance.

Elizabet Hogan, la manager de World Animal Protection aux Etats-Unis précise que s'il est possible de "monter, faire un câlin ou prendre un selfie avec un animal sauvage, on peut être sur que l'attraction est cruelle. Ecoutez votre porte-feuille : n'y allez pas."

Tout n'est pas fichu et glauque non plus. Le fond international pour la protection des animaux a démontré que 25% des attractions touristiques incluant des animaux sauvages (comme des sanctuaires où sont recueillis des victimes) sont en fait des acteurs dans la protection animale. Ce qui les différencie de leurs pairs peu scrupuleux ? Il n'y aucune interaction directe entre les visiteurs et les animaux et aucun spectacle n'est organisé avec eux. Voilà donc comment différencier les bons des méchants.

Vous aimerez aussi :

La face cachée des grands sites touristiques
Espèces en danger, enfin des bonnes nouvelles !
Les tigres captifs américains mettent en péril les tigres sauvages