• Connexion
Top 10 des animaux sacrés dans le monde
Publié le 19/07/2016 , Modifié le 13/10/2017

NatureInde

Twitter Facebook 192 partages

Dans certaines régions du monde, on place des animaux au rang le plus sacré, alors qu'ils finissent dans les assiettes du pays voisin. L'humain, influencé par l'animal, a échafaudé des mythes et associé certaines espèces à ses rituels, croyances et idéologies. Découvrez les 10 animaux au caractère divin insoupçonné.

  • Twitter
  • Facebook
  • Les vaches, en Inde
    Les vaches, en Inde

    En Inde les vaches régissent la circulation. Elles sont le symbole de la fertilité et de l'abondance de nourriture, portent chance pour les récoltes et pour avoir suffisamment à manger, car en Inde, tout le monde ne mange à sa faim. Puisqu'il est formellement interdit de les toucher cela crée d'énormes embouteillages, prenez donc votre mal en patience.

  • Les rats, au Rajasthan
    Les rats, au Rajasthan

    Les rats sont sacrés dans un temple en particulier, car une légende raconte qu'une déesse hindoue, Durga, avait demandé au dieu de la mort de faire revivre le fils d'un conteur. Mais le dieu de la mort ayant refusé, Durga a transformé tous les conteurs en rats, comme cela le dieu de la mort n'avait plus de morts pour se nourrir.

  • Les crocodiles, au Burkina Faso
    Les crocodiles, au Burkina Faso

    Selon la légende, au Burkina Faso, un crocodile a un jour sauvé la vie d'un ancêtre, qui aurait alors juré de le protéger. Une promesse encore largement honorée par les locaux, et notamment les habitants de la ville de Bazoulé, qui gardent un œil bienveillant sur les crocodiles de leur mare, tout en les laissant en liberté.

  • Les singes, au Ghana
    Les singes, au Ghana

    Au Ghana les singes sont considérés comme égaux aux hommes, avec lesquels ils partageraient les mêmes ancêtres. Ils sont tellement respectés que dans le village de Tafi Atome, ils peuvent vivre en liberté et entrer à leur guise dans les habitations. Quand on sait de quoi est capable un singe affamé, mieux vaut s'y préparer.

  • Les pythons royaux, au Bénin
    Les pythons royaux, au Bénin

    Le temple de Ouidah au Bénin est réservé aux pythons royaux, car ces derniers auraient protégé et sauvé un roi de la mort. Les locaux perpétuent la tradition en y escortant les serpents le soir, venant y trouver le repos la nuit après une journée de chasse.

1

Dans beaucoup de civilisations, des divinités sont associées à des animaux, le panthéon égyptien antique étant le plus connu. Selon chaque religion, l'animal correspond à un bienfait, au diable, ou encore à l'origine de l'humanité. L'origine mythique du peuple tibétain viendrait par exemple de l'union d'un singe et d'une démone des rochers, la ville de Rome quant à elle est née grâce à une louve qui a allaité les jumeaux, Remus et Romulus.

Ces croyances ont influencé la manière dont l'homme a traité les animaux, fasçonné leurs rapports de forces, sauf dans les civilisations judéo-chrétiennes, où l'homme aurait été créé à l'image de Dieu. Il occupe donc une position dominante par rapport aux espèces animales.

Les hommes ont largement utilisé les animaux pour peupler leurs œuvres artistiques, les associant à leurs prophètes ou leurs saints parfois martyrs, leurs ministres du culte, voire leurs temples. Les premières représentations animales sont datées de 47 à 50 000 ans dans la grotte Apollo 11 en Namibie, utilisant beaucoup les animaux.

Les centaines de milliers d'années vécues dans une sorte de symbiose mystique avec le monde animal ont laissé des traces indélébiles, qui perdurent peu ou prou dans les rites vaudous des Caraïbes, chez les Aïssaouas du Maroc, les Bambara d'Afrique noire, les indiens Tarahumaras du Mexique observés par Antonin Artaud, les Khonds du Bengale.

A lire aussi : Les 11 animaux les plus dangereux de France