• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Communauté
      • Easy-EcoComparateur
  • Connexion
Les Altaïs : ce peuple qui voue un véritable culte à la nature
Publié le 14/09/2016

NatureRussie

Twitter Facebook 1743 partages

Dans le monde interconnecté qui est le nôtre, découvrez la république de l'Altaï et son peuple. Tout au Sud de la Sibérie, une vie sans internet et sans téléphone portable.

Bien qu'elle fasse partie de la Russie, la république de l'Altaï semble être un pays à part. La langue y est différente, sa constitution et ses moeurs sont différentes. Les Altaïs possèdent leur hymne, leurs ethnies sont uniques, se rapprochant morphologiquement plus des peuples Mongoles et Kazakhes que des Russes. Le mode de vie et croyances des Altaïens prennent racine dans l'ancienne tradition des tribus nomades.

Perdu pendant des siècles dans les gorges montagneuses entre le Kazakhstan, la Chine et la Mongolie, l'Altaï abrite le plus haut mont de Sibérie, le Mont Belukha. Pour certains visiteurs bouddhistes, Belukha serait le jumeau de Shambhala, cette « Terre pure » mythique de paix, tranquillité et bonheur.

Une beauté intacte

Une beauté intacte
© yury0taranik/123RF

Une terre à l'instar de l'Altaï. Souvent appelée la Suisse Sibérienne, grâce à la beauté de ses paysages, l'Altaï est une des rares contrées où la nature n'a pas été profanée ; ses sommets de montagne, couverts par les chapeaux blancs de la neige, la pureté de ses lacs de montagne, ses fleuves rapides et bruyants, ses chutes d'eau bouillonnantes, ses forêts impénétrables, ses prés alpins avec ses edelweiss légendaires…

Une nature que le peuple Altaï vénère. Ils vouent un culte à la nature, qu'ils disent être celle qui donne la vie et la reprend. Ils sont capables d'entendre « parler » la nature, ainsi, chaque élément de celle-ci est considéré comme un être vivant. Ils vont d'ailleurs jusqu'à rejeter l'idée de « progrès », l'avancée du temps et de l'histoire n'ont que peu d'importance dans leur culture. Ce qui est probablement dû à leur alignement sur cette nature immuable, qui n'a besoin que d'elle-même pour continuer à subsister. À l'instar des Altaïs.

À LIRE AUSSI:
Les Nomades, première superproduction kazakhe
Ils vivent dans un van et font rêver les voyageurs sur Instagram