Le Taj Mahal perd de sa superbe !

SociétéInde

Twitter Facebook Google+ 540 partages

Qu'il est loin le temps où un blanc immaculé s'affichait fièrement sur les murs marbrés du Taj Mahal, le plus célèbre des palais indiens. Actuellement, l'une des sept merveilles du monde se refait difficilement une beauté. À cause de la pollution multiple, les façades du temple prennent dangereusement un teint jaune et verdâtre. En pleine mutation, l'édifice est entouré d'échafaudages dépareillant avec le paysage, jadis, idyllique. 2018 n'est décidément pas l'année pour visiter ce joyau de l'Inde.

Logé au cœur de la ville d'Acra, dans l'État de l'Uttar Pradesh, le Taj Mahal, temple iconique de l'Inde, a perdu sa vitalité qui fait de lui, une des 7 merveilles du monde figurant au patrimoine mondiale de l'Unesco.

En plus d'être mis à mal par la surfréquentation, le « monument à l'amour » comme il est affectueusement surnommé, dépérit, à tel point qu'il présenterait des couleurs jaunâtres. L'extrême pollution environnante (rejets de CO2 et poussière compris) est le principal fossoyeur de la blancheur du bâtiment à l'architecture moghole.

Le palais a perdu sa splendeur d'antan

Le palais a perdu sa splendeur d'antan
© Happyalex / 123RF

Il y a quelques années, le gouvernement a pris les choses en main en ordonnant la fermeture de centaines d'usines voisines. En vain. En effet, le palais est bordé par la Yamuna, l'une des rivières les plus polluées du pays qui attire d'innombrables moustiques dont les déjections viennent verdir le marbre éclatant de la merveille.

La construction d'un barrage serait dans les tuyaux pour conserver une eau salubre près du Taj Mahal.

Près du temple, la rivière Yamuna est riche en déchets

Près du temple, la rivière Yamuna est riche en déchets
© Pzaxe / 123RF

Sortie de terre au XVIème siècle, cette pépite de l'Inde a vraiment besoin d'un vrai ravalement de façade. Depuis 2014, des masques de boue sont appliqués sur les murs de la pépite indienne pour restaurer la vitalité aux couleurs de l'édifice. La méthode est activement contestée, détériorant le marbre.

Comble du désespoir, l'emblématique mausolée qui attire jusqu'à 70 000 curieux par jour, ne figure plus dans certains programmes de guides touristiques en Inde.

1 J'aime 1 J'aime pas
Loïs Mangin
Publié le 16/05/2018 540 partages
Twitter Facebook Google+