• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Communauté
      • Easy-EcoComparateur
  • Connexion
Le prix des billets d'avion pourrait doubler dans le contexte du Covid-19
Publié le 10/05/2020

TransportFrance

Twitter Facebook 673 partages

Distanciation sociale oblige, les compagnies aériennes ne pourront pas remplir leur vol, notamment si elles doivent laisser le siège du milieu vide. Conséquence, le prix du billet d'avion pourrait flamber de plus de 50 %.

Prendre l'avion sera-t-il bientôt réservé aux riches ?

Prendre l'avion sera-t-il bientôt réservé aux riches ?
© Michal Bednarek / 123RF

Doublement du prix du billet ?

Mauvaise nouvelle pour les passagers post confinement. La note du billet d'avion risque d'être salée. La raison ? La distanciation physique pour éviter la diffusion du Covid-19 à bord des avions. Pour qu'un vol soit rentable, le taux d'occupation doit être au minimum de 77 %. Or, si l'on laisse le siège du milieu vide pour respecter cette distanciation sociale, le taux de remplissage maximum des avions tomberait à 62 %, ce qui ferait grimper le prix des billets de plus de 50 % !

Le risque d'attraper le Covid-19 en vol est faible

C'est pourquoi l'association internationale du transport aérien (IATA), qui regroupe 290 compagnies, s'oppose à une telle mesure. Le port du masque pour les voyageurs et le personnel de cabine serait suffisant pour éviter tout risque de propagation du virus. L'organisation indique par ailleurs qu'aucun cas de transmission n'a été constaté parmi plus de 100 000 passagers qui voyageaient à bord du même avion, et seuls deux cas potentiels ont été détectés parmi les membres d'équipage. En revanche, les compagnies aériennes prônent d'autres mesures en plus du port du masque, et notamment un contrôle de la température, des procédures d'embarquement évitant les contacts, la limitation des déplacements pendant le vol, une restauration à bord simplifiée et des nettoyages plus fréquents et plus poussés des cabines. Le coronavirus se propage peu à bord pour plusieurs raisons : les passagers regardent devant eux avec peu d'interactions en face-à-face, les sièges font barrière, la ventilation de l'air se fait de haut en bas réduisant une possible transmission vers l'avant ou l'arrière de la cabine. De plus, sur les avions les plus récents, les filtres sont d'une qualité équivalente à celle d'un bloc opératoire.

Ryanair menace de ne pas voler si cette mesure était mise en place

Autant de raisons pour ne pas laisser de siège vide, et remplir les avions, faute de quoi, prendre l'avion redeviendra élitiste, comme avant les années 1990. Si Easyjet était prêt à retirer le siège du milieu, Ryanair a menacé de ne pas voler si cette mesure était mise en place. " c'est une idée idiote qui ne mène à rien de toute façon ", avait déclaré le patron de Ryanair. Une société italienne spécialisée dans l'aménagement des habitacles d'avions, Avio Interiors, a proposé de nouveaux aménagements à bord, sans pour autant diminuer la capacité des passagers : des cocons individuels et un siège central inversé.

L'un des secteurs le plus affectés par la pandémie

Rappelons que le transport aérien, à l'arrêt depuis trois mois, est l'un des secteurs économiques le plus affectés par la pandémie du Codiv-19. South African Airways, Air Mauritius, Virgin Australia, Fly Be... la liste des dépôts de bilan et des faillites s'allonge de jour en jour, sans parler des nombreux licenciements pour celles qui résistent ! En attendant la réouverture des frontières, seuls les vols domestiques permettent de limiter les dégâts, et encore essentiellement dans les grands pays tels que les Etats-Unis, la Russie, le Canada, la Chine, le Brésil ou encore l'Inde.