• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Communauté
      • Easy-EcoComparateur
  • Connexion
Coronavirus : pourquoi le Portugal est moins touché que ses voisins ?
Publié le 03/04/2020

SociétéPortugal

Twitter Facebook 2957 partages

Le coronavirus a déjà causé près de 50 000 décès, et plus de 900 000 cas ont été détectés dans le monde. L'Europe est le continent le plus touché par cette pandémie, mais le Portugal s'en sort mieux que son voisin espagnol, au niveau du nombre de personnes contaminées et du nombre décès. Un constat étonnant qui a plusieurs explications selon les experts.

Le Portugal est moins touché par le coronavirus que les autres pays

Le Portugal est moins touché par le coronavirus que les autres pays
© Olena Kachmar / 123RF

En Europe, le bilan humain du coronavirus est lourd. On dénombre plus de 13 000 morts en Italie, de 10 000 en Espagne, de 4 000 en France, de 900 en Allemagne. Pourtant le Portugal, pays voisin de l'Espagne, compte environ 200 morts, un chiffre conséquent, mais qui reste très bas comparé au reste des grands pays d'Europe. Plusieurs facteurs ont aidé le Portugal à limiter le nombre de décès lié au coronavirus. Tout d'abord, c'est l'un des seuls pays d'Europe à n'avoir qu'une seule frontière terrestre (avec l'Espagne), ce qui facilite le contrôle des entrées des étrangers. De plus, " Les contrôles policiers sont beaucoup plus stricts au Portugal que chez nous. Et seules les personnes non diagnostiquées peuvent sortir de chez elles ", note Cécile Gonçalves, docteure en études politiques de l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

L'anticipation du gouvernement portugais a aussi joué son rôle dans le ralentissement de la pandémie. Dès le 13 mars, alors que le pays ne comptait qu'une centaine d'infections mais encore aucun mort ni cas grave, l'exécutif portugais a décrété l'état d'alerte, puis l'état d'urgence le 19 mars, "une première depuis la chute de la dictature en 1974", note Victor Pereira, maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Pau et spécialiste du Portugal. Autre facteur non négligeable, la faible densité du Portugal, avec un nombre limité d'habitants par rapport à sa superficie, tout comme la Suède, autre pays peu touché par le coronavirus.

Des enjeux importants

Si les Portugais ont pris les devants aussi rapidement, c'est par ce qu'ils sont conscients des problèmes sanitaires du pays. Après la crise de 2008, le pays a vécu des années placées sous une politique d'austérité. Des coupes budgétaires qui ont touché les services de santé et dont le pays " conserve malheureusement des séquelles ". Un autre enjeu dont le Portugal s'est particulièrement préoccupé est le tourisme qui constitue une grande partie de leur économie.
Malgré toutes ces mesures prises, le Portugal n'est toujours pas à l'abri d'un scénario comme chez son voisin espagnol. Le nombre de personnes contaminées devrait malheureusement augmenter dans les jours à venir. Mais selon Victor Pereira, maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Pau et spécialiste du Portugal, " la question est désormais de savoir si l'hôpital public portugais, fragilisé par des années d'austérité, va pouvoir tenir le coup ".