• Connexion
Le Japon construit un mur géant anti-tsunamis
Publié le 14/08/2019 111 partages

SociétéJapon

Twitter Facebook 111 partages

Frappé par un terrible tsunami en 2011 qui fit plus de 15 000 victimes, le Japon souhaite désormais éviter qu'une telle catastrophe ne se reproduise. Pour faire face aux vagues géantes, un mur "anti-tsunamis" d'une quinzaine de mètres de hauteur est actuellement en construction sur les côtes japonaises.

 

 
© yyama3270/123rf

 

Le long du littoral japonais, sur plus de 450 kilomètres, se dresse une imposante muraille de béton. D'environ 15 mètres de hauteur, le mur géant est le résultat d'un projet d'envergure lancé par le gouvernement nippon suite au tsunami de mars 2011 qui avait fait plus de 15 000 victimes et des milliers de disparus.

Censé protéger les habitants des vagues géantes essentiellement dans la région de Sanriku, (où se trouve notamment la centrale nucléaire Fukushima), le mur est également une réponse aux craintes des scientifiques qui redoutent de voir un nouveau tsunami d'ampleur se produire au Japon d'ici 30 ans.

Dans le pays, de nombreux chercheurs se montrent d'ailleurs convaincus de l'importance d'ériger des murs géants afin de protéger la population. "Grâce aux murs qui étaient déjà là et qui ont ralenti, ne serait-ce qu'un peu, l'arrivée de la vague, beaucoup de gens ont survécu alors qu'ils auraient probablement péri. Une ou deux minutes de plus pour fuir, cela peut faire la différence. " explique Shigeo Takahashi, directeur du Centre de recherche sur les tsunamis.

Une construction qui ne fait pas que des heureux

Cependant, au sein de la population, le mur s'est déjà trouvé de nombreux détracteurs. Au premier plan, les défenseurs de l'environnement s'interrogent sur l'impact de cette construction sur l'écosystème. D'autres se questionnent également sur l'utilité d'un tel chantier alors qu'en 2011, la digue de Taro, surnommée la "grande muraille du Japon", et haute de plus de dix mètres, avait été pulvérisée par les immenses vagues du tsunami.

À l'issue de la construction du mur géant l'an prochain, le gouvernement prévoit d'ores et déjà d'ériger un second mur de 20 mètres de haut afin de protéger les mégalopoles de Nagoya et d'Osaka, qui rassemblent environ 4,5 millions d'habitants.