• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Communauté
      • Easy-EcoComparateur
  • Easymiles
  • Connexion
Le corps rachitique d'un éléphant affamé est caché sous un costume
Publié le 26/08/2019

NatureSri Lanka

Twitter Facebook 1420 partages

Le sort de certains éléphants en Asie n'est pas glorieux. Si certains ont la chance de se trouver dans des sanctuaires, d'autres sont aux services des touristes ou sont utilisés par les Hommes, négligeant parfois leur bien-être. C'est le cas de Tikiri, un éléphant srilankais âgé de 70 ans, très amaigri, qui parade dans la rue. Afin que le public ne s'alarme pas face à sa condition physique alarmante, son corps est caché sous un costume.

(Image d'illustration)

(Image d'illustration)
© Ann Dudko/123RF

Tikiri est un éléphant âgé de 70 ans, ce qui est vieux pour un pachyderme. En plus de cela, Tikiri est très maigre, comme on peut le constater sur cette photo. Pourtant, Tikiri doit défiler chaque nuit, lors d'un festival religieux. Au Sri Lanka, les éléphants sont vénérés et bénissent les gens selon les croyances populaires. Lors de ce festival, les gens qui croisent la route de Tikiri se sentent donc "bénis".

Mais lors de ce festival, impossible de se rendre compte de la condition physique de l'animal. Car l'éléphant malade, est vêtu d'un costume coloré pour que les spectateurs du défilé ne voient pas son corps amaigri.

Lek Chailert, fondatrice de l'ONG Save Elephant Foundation, révèle que Tikiri est l'un des 60 éléphants obligés de travailler pendant dix nuits consécutives à Esala Perahera lors d'un festival bouddhiste, au Sri Lanka.

Chaque soir, plusieurs éléphants enchaînés déambulent lentement dans les rues de la ville, à la nuit tombée, dans le brouhaha urbain, au milieu de la circulation.

Alors que le 12 août se trouvait être la journée mondiale de l'éléphant, Lek Chailert déclarait :
"Tikiri se joint au défilé tôt tous les soirs jusqu'à tard dans la nuit pendant dix nuits consécutives, au milieu du bruit, des feux d'artifice et de la fumée. Elle parcourt plusieurs kilomètres chaque nuit pour que les gens se sentent bénis durant le temps des cérémonies. Personne ne voit son corps osseux ou son état affaibli, car elle porte un costume. Personne ne voit les larmes dans ses yeux, blessé par les lumières brillantes qui décorent son masque, personne ne voit à quel point, il est difficile de faire un pas alors que ses jambes enchaînées. Pour une cérémonie, tous ont le droit de croire, à condition que cette conviction ne gêne ni ne blesse autrui. "

Suite à cette prise de parole, un porte-parole du Temple de la Dent, un des temples bouddhistes qui accueillent le festival, a déclaré à un magazine anglais, Metro.co.uk, qu'ils "se soucient toujours des animaux" et que Tikiri ne participerait pas au grand final du festival qui a eu lieu le 14 août dernier. Il confirme par la suite que Tikiri a, par la suite, été vu par un vétérinaire.