La mer de plastique dans le Pacifique fait trois fois la taille de la France
Publié le 09/04/2018 2519 partages

NatureEtats-Unis

Twitter Facebook 2519 partages

Jeudi 22 mars, une étude publiée dans la revue internationale Scientific Reports a révélé que la gigantesque décharge qui flotte entre Hawaï et la Californie est bien plus large que ce qu'on pouvait croire : elle mesurerait trois fois la taille de la France, ou encore, deux fois la taille du Texas. Les défenseurs de l'environnement tirent la sonnette d'alarme sur les dégâts irrémédiables qu'inflige ce continent de plastique sur la faune maritime.

1,6 millions de kilomètres carré pour 80 000 tonnes de déchets plastiques. Les dimensions de cette décharge flottante de l'océan Pacifique font froid dans le dos. Sac, bouteilles, emballages, filets de pêche abandonnés ou microparticules dégradées, ils tourbillonnent dans un vortex créé par les courants marins et menacent la faune et la flore maritime.

Estimant que tout kilomètre carré contenant plus d'un kilo de plastique fait partie de cette décharge à ciel ouvert, les chercheurs estiment que sa taille équivaut à trois fois celle de la France, même s'il ne s'agit pas d'une masse compacte. Et en se basant sur la récolte de 1,2 million d'échantillons et des survols aériens, ils concluent aussi que 1 800 milliards de morceaux de plastique flottent dans ce magma qui « augmente de façon exponentielle ».

Ainsi, la taille de cette poubelle de l'océan dépasserait de 4 à 16 fois les estimations faites lors de deux autres études. Un résultat en partie lié à des méthodes d'analyse "plus fiables" - les précédentes s'étant surtout concentrées sur les microplastiques - mais qui pourrait aussi s'expliquer par l'augmentation de la pollution dans cette zone à cause du tsunami japonais de 2011.

Parmi les débris, près de la moitié représente du matériel de pêche abandonné qui tuent beaucoup d'animaux marin chaque année. Les poissons quant à eux ingèrent des microparticules de plastique avant de finir dans nos assiettes. D'après Laurent Lebreton, auteur principal de l'étude et acteur dans la fondation Ocean Cleanup, nous sommes face à une véritable catastrophe écologique et environnementale.

Nettoyer les océans, est-ce possible ?

Nettoyer les océans, est-ce possible ?
© Somchai Rakin/123RF

Dans cette tragédie écologique émerge tout de même une bonne nouvelle : plus des trois quarts de ce continent de plastique sont constitués de débris dépassant cinq centimètres. Aux Pays-Bas, 75 ingénieurs travaillent ensemble sur un système de barrières flottantes destinées à nettoyer les océans en attrapant les débris plastiques de plus d'un centimètre. Quand il sera opérationnel, ils espèrent vider 50 % de la décharge du Pacifique en 5 ans seulement.

Inutile de sauté de joie pour autant, nous en sommes encore loin : avec une production de plastique mondiale dépassant les 320 millions de tonnes par an, la situation risque de s'empirer dans les années à venir.