• Connexion
La plus grande réserve naturelle d'Afrique menacée par un projet d'exploitation pétrolière
Publié le 22/08/2019 893 partages

NatureNiger

Twitter Facebook 893 partages

Créée en 2012, la réserve de Termit et Tin Toumma, à l'est du Niger, est considérée comme la plus grande réserve naturelle d'Afrique. Menacée par un important projet d'exploitation pétrolière, celle-ci pourrait voir disparaître plusieurs de ses espèces rares. En ligne, de nombreuses pétitions tentent de sauver le site en péril.

 

 
© Blueorange Studio/123RF

 

Le 26 juin dernier, le gouvernement nigérien annonçait une modification des limites de la réserve naturelle de Termit et Tin Toumma. Une décision lourde de conséquence pour ce site dont la création a longtemps été soutenue par les populations locales et qui jouit d'une biodiversité hors du commun. Sur les 97 000 km² de la réserve, des plantes rares, mais aussi des espèces menacées sont régulièrement observées par les scientifiques du continent.

La décision de déplacer les frontières de la réserve fait suite aux nombreuses pressions exercées sur le gouvernement, par le groupe pétrolier chinois CNPC (China National Petroleum Corporation), qui exploite actuellement une vingtaine de puits dans la région. Le projet de déclassement du site consisterait à déplacer à l'ouest une grande partie de la réserve de Termit et Tin Toumma.

Face au projet, les défenseurs de l'environnement s'organisent

Une décision qui pourrait exclure plus de 45 000 km² de l'aire protégée, et mettre en danger les espèces menacées de la réserve : "Ce déclassement entraînerait la disparition de certaines espèces très menacées, comme l'addax (une espèce d'antilope)? a déploré fin juillet l'ONG française "Noé", qui gère actuellement la réserve.

Si le gouvernement se veut rassurant en expliquant que "la réserve conservera la même superficie de 96.560 km2", les défenseurs de l'environnement proteste face à un projet qui met selon eux l'ensemble de l'écosystème de la région en péril.

En ligne, une pétition demandant le "reclassement de la plus grande réserve naturelle d'Afrique" a déjà obtenu 24 000 signatures sur un objectif de 50 000.

Autre article proposé par l'auteur