Publié le 08/07/2016 (Modifié le 11/07/2016)

#Société #Cuba

La Havane, une ville colorée et hors du temps

La Havane s'est figée dans le temps après la révolution cubaine et son atmosphère trouble encore aujourd'hui les occidentaux. Les rues de la ville débordent de vie, la musique s'échappe des balcons, les vieilles voitures américaines sont garées à chaque coin de rue, les messages de propagande ornent les murs... Retour en arrière.

La Habana, une ville hors du temps

© Hagit Berkovich - / 123RF

Couleur et poussière

© ansalmo_juvaga / Pixabay

La musique dans la rue

© DesignQuartier_Potsdam / Pixabay

Façades et voitures colorées

© Frank Bach / 123RF

Une autre époque

© Roxana Gonzalez /123RF

Partie de domino, la routine

© Haraldmuc / 123RF

El Capitolio, l'académie des Sciences cubaines à La Havane

© kmiragaya/123RF

Portrait du Che sur la façade du ministère de l'Intérieur

© PeterKraayvanger / Pixabay

Message de propagande

© realnegotiators / Pixabay

Mur coloré à La Havane

© realnegotiators / Pixabay

Une collection de 60 000 voitures anciennes

© sallymorgan250 / Pixabay

Vendeuses de fleurs

© Abdecoral / Pixabay

Carnaval

© alankotok / Pixabay

Sur le Malecon...

© Diego Cervo

... les pêcheurs discutent

© madfab / Pixabay

Le soleil se lève à La Havane

© Erkw / 123RF

Le mythique hôtel Nacional

© Hotel Nacional de Cuba

Des voitures et encore des voitures

© GregMontani / Pixabay

Figée dans les années 60, encore pour longtemps ?

© Mariana_Mercado / Pixabay

La Havane s'est figée, soudainement, dans les années 60, après la révolution cubaine de Fidel Castro. Aujourd'hui, en atterrissant sur l'île de Cuba, on a l'impression de remonter le temps, des décennies en arrière, et c'est bien pour cela qu'elle fascine autant les occidentaux. La Havane est isolée du monde extérieur. Ses rues fourmillent de vie, de l'écho bruyant des petits marchés, des discussions des anciens qui jouent aux dominos sur une table à l'ombre, des cris des jeunes qui se passent le ballon, de la musique qui s'échappe des balcons, des concerts improvisés dehors, des rêveries des pêcheurs installés sur le Malecon. La Havane est à la fois lente et débordante d'énergie, les façades sont colorées mais poussiéreuses... Les messages de propagande décorent encore les murs, "Fieles a nuestra historia" ou "Viva la revolucion", aux côtés des visages révolutionnaires, comme Ché Guevara, le plus emblématique.

Mais surtout, on remarque que le temps s'est arrêté à Cuba en observant le défilé des vieilles voitures américaines, des années 50 et 60. En tout, 60 000 véhicules d'époque circulent à La Havane, soit la plus grande collection de vieilles voitures au monde ! On en voit à chaque coin de rue et il est difficile de ne pas les photographier toutes, pour capturer cette palette de couleurs.

Du changement dans l'air ?

Les choses risquent de changer, petit à petit, et les touristes affluent de plus en plus sur l'île. Il étaient 3,5 millions en 2015 ! Malgré les restrictions de voyage toujours en vigueur pour les touristes américains, ceux-ci commencent à débarquer sur l'île. Et samedi 29 juin 2016, le premier hôtel a ouvert ses portes à Cuba après presque 60 ans, du jamais vu depuis 1959 et ce ne sera sans doute pas le seul cette année...