Publié le 02/09/2021

#Nature #France

Vendée : La Guittière, le paradis perdu des amateurs d'huîtres

Tous les amateurs d'huîtres le savent : septembre lance le coup d'envoi des mois en "bre", réputés les meilleurs pour déguster des huîtres. Direction la Vendée, plus précisément dans la commune de Talmont Saint Hilaire, au port de la Guittière, qui mériterait d'être connu. Pourtant, les habitués gardent ce lieu hors du temps secret, certainement pour préserver son authenticité et ses prix abordables. Cet ancien village de sauniers devenu en 1915 un village d'ostréiculteurs, rassemble tous les atouts pour une pause entre mer et campagne. Balade sur le port de la Guittière, rencontre avec les ostréiculteurs, et plongeon dans un décor aux saveurs iodées !

 

© alexandre lamoureux

Charentaises, normandes ou bretonnes, les huîtres ont la cote en France et pourtant certaines, tout autant délicieuses, voire meilleures (dont la Célestine primée à Paris en 2018 au salon de l'agriculture) se font plus discrètes. Direction le charmant port de la Guittière, dans l'estuaire du Payré, pour goûter la savoureuse et exquise huître doublement labellisée "Port de la Guittière" et "Vendée Atlantique" au milieu d'un paysage sauvage qui aime à jouer avec les lumières et se transforme au rythme des marées.

D'où vient la réputation de l'huître de la Guittière ?

©simonbourcier.com

Les connaisseurs l'apprécient pour son goût particulier venant de son élevage dans un chenal à l'eau mi-douce, mi-salée. Fines, fines de claires, brunes de casiers ou spéciales, les huîtres font la réputation de ce village qui a délaissé la récolte du sel pour se pencher sur la culture d'huîtres au début du siècle dernier.
Si une pincée de sauniers exploitent encore les marais salants, ce sont 17 cabanes d'ostréiculteurs qui se succèdent le long du chenal, produisant près de 500 tonnes d'huîtres par an. On parle d'eux par rapport à leur emplacement sur le port : le premier, le second ou le dernier, chez François, celui qui a certainement la meilleure place, face à la plage.

.

©simonbourcier.com

Outre la dégustation d'huîtres et autres fruits de mer, entre cabanes ostréicoles et bassins d'affinage, on vient ici pour faire connaissance avec le travail d'ostréiculteur qui réserve bien des surprises. On y apprend par exemple qu'une huître ne se déguste pas avant 3 ans mais qu'elle parcourt des milliers de kilomètres avant d'arriver dans le chenal pour son affinage. On découvre aussi comment il est possible de manger des huitres non grasses toute l'année...
Si presque tous les ostréiculteurs organisent des dégustations, Freddy Ouvrard de l'huîtrier Pie nous a donné ces explications claires dans une ambiance conviviale et bon enfant où l'amour du pays talmondais nous a tout autant séduit que le plateau d'huîtres.

Autres articles proposés par l'auteur