Publié le 17/06/2019

#Environnement #France

Pollution plastique : la France coupable de polluer la mer Méditerranée

Selon une étude publiée récemment par WWF, la Méditerranée est une décharge à ciel ouvert. Des tonnes de déchets plastiques y sont jetés, et la France n'a pas de quoi être fière. Dans ce rapport, elle a été élue comme le pays qui produit le plus de déchets plastiques polluant la mer.

 

© Eurokinissi / 123rf

A l'occasion de la journée mondiale pour les océans, le WWF (World Wildlife Fund) a publié un rapport dans lequel il dénonce la pollution en mer Méditerranée. Si la France n'est pas le plus grand pollueur des mer et des océans, elle est tout de même le plus gros producteur de plastique de la région Méditerranée.

En effet, chaque année la France produit environ 4,5 millions de déchets plastiques, ce qui représente 66 kg par habitants. Sur la totalité de ces déchets 22% sont recyclés, 76 % sont incinérés ou enfouis. Les 2% restant finissent dans la mer. Cela représente 80 000 tonnes de déchets dont la plupart s'entassent dans les environs de Marseille, de Nice et de la Corse.

La France n'est pourtant pas le plus gros pollueur. Selon les chercheurs, plus de 600 000 tonnes de déchets plastiques seraient rejetés dans la mer Méditerranée et la France y participe à hauteur de 11 200 tonnes, chaque année. Tandis que l'Égypte, la Turquie et l'Italie en rejettent les deux tiers. Mais rien de quoi se réjouir. " C'est non seulement inadmissible mais aussi incompréhensible " se désole Isabelle Autissier, présidente du WWF France.

Le plastique est une catastrophe pour la planète, la mer et les océans et tue chaque année plus d'1,5 million d'animaux. En plus d'avoir un effet dévastateur pour l'environnement et la biodiversité, la pollution de la Méditerranée cause de nombreuses pertes économiques qui se compte en millions d'euros : 2 millions d'euros pour la pêche, 21 millions pour le commerce maritime, 40 millions pour le tourisme etc.

Le président de la France, Emmanuel Macron, a annoncé récemment vouloir parvenir à recycler 100% des déchets pour 2025. Une décision que WWF ne soutient pas totalement : "Tout le monde parle du recyclage, mais nous ne connaissons pas bien les conditions de la recyclabilité", explique Isabelle Autissier. Selon elle, il vaudrait mieux parvenir à réduire la consommation plastique des populations en faisant la promotion du réutilisable, avec, dans le même temps, un objectif "zéro fuite dans la nature".

Dans un autre rapport, le WWF estime que la pollution plastique dans les océans allait doubler d'ici 2030 et pourrait atteindre 300 millions de tonnes.