• Connexion
Des tunisiennes interdites de vol par la compagnie Emirates, la Tunisie scandalisée
Publié le 01/01/2018

SociétéTunisie

Twitter Facebook

Des femmes tunisiennes se sont vues interdites de vol entre Dubaï et Tunis par la compagnie Emirates. La raison ? De potentielles menaces terroristes attribuées aux femmes détentrices d'un passeport tunisien. Une décision très mal reçue du côté de Tunis.

Le 22 décembre dernier, la compagnie Emirates a interdit l'embarquement de femmes tunisiennes à bord d'un de ses vols reliant Dubaï à Tunis. Aucun motif n'a été donné jusqu'à ce que les autorités finissent par admettre leur crainte d'actes terroristes susceptibles d'être commis par des femmes de nationalité tunisienne. Une allégation qui a immédiatement provoqué la controverse.

L'ambassadeur des Émirats arabes unis à Tunis a été obligé d'intervenir auprès du ministère tunisien des Affaires étrangères. Il a affirmé que l'interdiction de vol avait été "levée" et que les voyageuses concernées avaient pu rejoindre Dubaï par avion. Or, la situation s'est reproduite tout au long du week-end. D'autres voyageuses tunisiennes ont été bloquées plusieurs heures jusqu'à ce que les autorités tunisiennes interviennent à Tunis, mais également à Abou Dhabi et Beyrouth.

"No woman no fly"

© ?????? ???????/123RF

L'affaire fait scandale sur les réseaux sociaux en Tunisie. Quatre ONG ont dénoncé une "décision discriminatoire qui viole la dignité et les droits des femmes". Certaines ont manifesté leur mécontentement dans les rues et des rassemblements ont eu lieu devant l'ambassade des Émirats arabes unis à Tunis. La Tunisie a "décidé de suspendre les vols de la compagnie Emirates vers Tunis jusqu'à ce qu'elle soit capable de trouver la solution adéquate pour opérer ses vols conformément au droit et aux accords internationaux".

Il faut "veiller à ce que les droits de la femme tunisienne ne soient pas atteints, quelles que soient les justifications", a affirmé le chef de l'État Tunisien, Béji Caïd Essebsi. Ce dernier a toutefois chargé son ministre des Affaires étrangères, Khemaïes Jhinaoui, "d'oeuvrer à dépasser ces problèmes le plus vite possible pour préserver les relations de fraternité et de coopération avec les Emirats".