• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Communauté
      • Easy-EcoComparateur
  • Connexion
L'océan comme bien commun pour sauver la planète
Publié le 12/11/2018

NatureFrance

Twitter Facebook 949 partages

Si la planète Terre est surnommée la " planète bleue ", ce n'est pas pour rien. Elle est recouverte à 71% d'eau. Et dans cette étendue d'eau, îles, pays, continents abritent plus de 7 milliards d'humains. Et la cohabitation entre les Hommes et la planète peut s'avérer compliquer quelques fois. Aujourd'hui l'océan est perçu comme une ressource à exploiter. Une idée qui tend à changer en déclarant l'océan comme bien commun. Mais alors qu'est-ce que cela signifie ?

 

 
© zu1u/123RF

Depuis des siècles, l'océan est considéré comme source de revenus, comme un puit, voire comme une poubelle sans fond. Définit comme un espace de liberté totale les états et les entreprises on en profité pour exploiter cet organisme jusqu'à épuisement

C'est indéniable, nous avons besoin de l'océan, pour ses bienfaits, ses ressources etc. Le reconnaitre comme bien commun de l'humanité appartenant à tous permettrait d'inverser le processus. S'il appartient à tout le monde, tout le monde en sera responsable. Catherine Chabaux, navigatrice qui connait bien les mers du globe voudrait que cette reconnaissance se fasse par les Nations Unies.

L'océan comme bien commun : une utopie ?

Partager l'océan avec une vision globale et non pas le diviser pour servir des intérêts personnels peut s'avérer utopique mais serait la clef d'un avenir plus glorieux pour notre chère planète.

Un colloque organisé par l'institut français de la mer appelle à débattre autour des gouvernances des océans. On peut lire sur le site de l'institu océan : « les rapports traditionnels de puissance entre les nations doivent laisser une place plus large aux nécessités d'une nouvelle entente ; la mer, comprise comme un espace unique, global et physiquement solidaire, où l'expression de la souveraineté - dans des zones aujourd'hui morcelées par le droit -, pourrait s'effacer devant l'expression d'une nouvelle responsabilité collective, animée par les Etats comme par la société civile dans une gouvernance partagée et soucieuse d'en maîtriser l'exploitation raisonnable. »

 

 
© nightman1965 /123rf

Participer à cette prise de conscience

Pour se faire entendre, de nombreux marins font appellent au organisateurs et aux skippers de la Route du Rhum, qui sont bien placés pour parler du sujet. Cet événement de renommé mondial offre une audience non négligeable pour défendre cette cause.

Le 4 novembre dernier, le départ de la Route du Rhum depuis Saint-Malo a attiré environ 2 millions de personnes dans la ville. Soit autant de potentiels interlocuteurs touchés par l'utilisation des océans.

La route du Rhum - Destination Guadeloupe

La route du Rhum - Destination Guadeloupe
© antoine2k / 123rf

Plus il y aura de gens pour élever la voix, plus l'état se penchera sur la question et ouvrira un débat. Si vous souhaitez soutenir ce projet, vous pouvez vous rendre sur oceanascommon.org et signer l'appel.