• Connexion
Les maisons en tourbe en Islande en danger
Publié le 12/05/2019 268 partages

CultureIslande

Twitter Facebook 268 partages

Dans la vallée de Thjorsardalur, dans les hautes terres du sud de l'Islande, les premières pousses vertes commencent à germer de l'herbe dorée, jusqu'à se recouvrir d'une épaisse couche de neige. Un tapis de gazon recouvrira ensuite tout le sol et les maisons. Ces bâtiments en gazon se fondent parfaitement dans leur environnement naturel sont des exemples immaculés d'une tradition architecturale locale introduite par les premiers colons nordiques au IXe siècle. Seulement, le gazon se fait rare et ses maisons atypiques risquent de disparaître.

 

 
© naten/123RF

Un tapis de gazon luxuriant recouvre le sol jusqu'au toit de plusieurs maisons et d'une grande ferme ainsi qu'une chapelle cernée de pierres... bienvenue dans les hautes terres du sud de l'Islande, dans la vallée de Tjorsardalur, non loin du volcan Hekla.
Ces bâtiments entourés de verdure représentent une tradition architecturale locale qui a été introduite par les premiers colons nordiques au IXe siècle. Depuis quelques temps, le manque d'arbres se fait ressentir en Islande. Le gazon était un matériau de construction populaire et les épais murs de gazon étaient utiles pour lutter contre le froid.

"Nous n'avons pas une quantité extrême d'arbres, alors, d'une part, (le gazon) est facile (d'accès). C'était bon marché et cela fonctionnait bien", explique Olivera Ilic, une férue d'histoire viking qui dirige un projet pour maintenir le site.
Découpé dans les marais avoisinants, le gazon en plaques a été découpé et utilisé pour créer des murs extérieurs épais sur une structure typiquement en bois - en bois flotté ou obtenu par le biais du commerce.

Reconstruction tous les 20 ans

En raison du mauvais temps qui règne en Islande, les maisons en gazon doivent être reconstruites environ tous les 20 ans, bien que certaines puissent durer jusqu'à 70 ans. En 1910, il y avait environ 5 500 maisons en gazon dans ces fermes rustiques en Islande, représentant plus de la moitié des résidences, selon les historiens.
Aujourd'hui, seule une petite fraction de 249 logements ont été enregistrés en 1960. Les maisons sont inhabitées et préservées en tant que site du patrimoine culturel et musées. La tradition de la construction est toujours pratiquée en Islande, seulement par quelques artisans formés aux techniques utilisées par les générations précédentes.

Entretien fastidieux

L'entretien des maisons est une tâche fastidieuse. "Nous essayons de le garder aussi authentique que possible. Nous voulons le faire à l'ancienne, ce qui prend du temps", a déclaré Ilic. Depuis 2011, l'Islande a placé 14 terrains en gazon sur la liste indicative des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO, ce qui signifie qu'ils pourraient être éligibles pour une candidature à l'avenir.