• Connexion
Afin de protéger le dragon de Komodo, l'île indonésienne va être fermée
Publié le 10/04/2019

SociétéIndonésie

Twitter Facebook

En Indonésie, le dragon de Komodo est en voie de disparition, à cause de la contrebande. Fin mars, les autorités ont interpellé cinq individus. Afin de protéger ces animaux et permettre une recrudescence de la population, le ministère de l'environnement indonésien et les autorités ont décidé d'interdire l'accès à l'île aux visiteurs pendant un an. Les alentours resteront ouverts.

L'île de Komodo, située en Indonésie, va être fermée pendant un an aux touristes à partir de janvier 2020. La décision a été prise par les autorités locales et le ministère de l'environnement. Objectif : la reconstitution des écosystèmes en place et l'augmentation de la population de dragons de Komodo, une espèce de varan en voie de disparition.

Le parc national de Komodo, inscrit au patrimoine mondial depuis 1991

Le parc national de Komodo, inscrit au patrimoine mondial depuis 1991
© ANDREY GUDKOV

Le 27 mars dernier, un trafic a été démantelé via le réseau social Facebook. Des dragons de Komodo étaient vendus pour un prix allant de 15 à 20 millions de roupies (environ 935 euros). Les cinq trafiquants, arrêtés sur l'île de Java, proposaient également d'autres animaux comme des casoars ou des cacatoès.

À l'origine, l'île de Komodo permet aux scientifiques d'étudier la faune et la flore, et d'observer l'animal dans le seul lieu où il vit à l'état naturel. Un animal qui mesure entre deux et trois mètres de long et pèse en moyenne soixante-dix kilos.