L'autocar, le vrai mode de transport low cost de demain ?
Publié le 26/05/2015 Modifié le 20/11/2015

TransportFrance

Twitter Facebook 62 partages

Parmi tous les éléments du projet de loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, dit loi Macron, un point intéresse particulièrement les voyageurs. Celui relatif à la libéralisation du transport en autocar. Un mode de transport qui doit permettre aux tarifs des trajets longue distance en Europe de s'effondrer.

A partir de cet été 2015, les opérateurs étrangers de lignes longue distance interurbaines en autocar pourront proposer des liaisons entre les villes françaises. Alors que jusqu'à présent ils ne peuvent se positionner que sur les liaisons entre la France et l'étranger.

Si au pays du TGV roi, le transport en autocar n'est pas encore un réflexe pour la majorité des Français, chez nos voisins européens, quelques géants se sont créés au fil des années. Et les uns comme les autres commencent à placer leurs pions en France en vue de l'ouverture du marché.

L'écossais Megabus (groupe Stagecoach) et l'allemand Flixbus ont ainsi commencé à investir le territoire en proposant des trajets entre Paris et Amsterdam ou entre Toulouse et Barcelone, à des prix défiant souvent toute concurrence. Des tarifs tels qu'ils viennent empiéter sur ceux du covoiturage. Ils rejoignent Eurolines (groupe Véolia) et IDbus (groupe Sncf) déjà bien implantés en France. Ce dernier étend d'ailleurs lui aussi son offre vers l'étranger avec l'ouverture de lignes vers Genève, Anvers et Rotterdam au départ de la France.

Les prix des voyages entre villes françaises pourraient baisser de 65%

Les prix des voyages entre villes françaises pourraient baisser de 65%
© Yuri Bizgajmer / 123RF

Une étude réalisée par le comparateur GoEuro.fr prévoit que la libéralisation des transports devrait générer des millions de nouveaux voyageurs et réduire sensiblement les prix des trajets longue distance entre les villes françaises.

Si la France suit le chemin de l'Allemagne, dont le secteur des transports a été libéralisé en 2013, le nombre de voyageurs français en autocar pourrait passer de 110 000 actuellement à 5 millions en 2016. Une énorme croissance, cause et conséquence d'une chute du prix des billets. Ceux-ci devraient baisser de 65% durant les 24 mois suivant la libéralisation sur les lignes qui ne sont pas encore desservies en car et de 55% sur celles qui le sont déjà estime GoEuro.fr

Le train et l'avion n'ont qu'à bien se tenir!

Sur le même sujet

Flixbus place ses pions en France
Toulouse Barcelone pour un euro
T'as pas 15 balles pour aller à Cologne?