• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Easy-EcoComparateur
L'Argentine suspend la vente de billets d'avion, pas de vol avant septembre
Publié le 03/05/2020

TransportArgentine

Twitter Facebook 168 partages

Le pays, qui a fermé ses frontières terrestres mi-mars, a désormais fermé ses frontières aériennes. La vente de billets d'avion a été suspendue en Argentine jusqu'au 1er septembre, une des restrictions les plus sévères qui ait été prises concernant les vols dans le monde.

L'argentine ferme ses frontières aériennes jusqu'à la rentrée

L'argentine ferme ses frontières aériennes jusqu'à la rentrée
©SERGEY STRELKOV/123RF

C'est une décision plus que radicale qui a provoqué un véritable tollé en Argentine. Il y a deux jours, le président Alberto Fernandez a décrété l'interdiction de la vente de billets d'avion, pour tous les vols en provenance ou à destination de l'Argentine, intérieurs comme extérieurs. Si de nombreux autres pays d'Amérique du Sud comme la Colombie, le Pérou ou l'Equateur ont également adopté des mesures similaires, aucune d'entres elles n'est aussi stricte que celle prise par l' Argentine . L'interdiction d'achat et de vente de billets s'étend en effet jusqu'au 1er septembre, soit quatre mois pendant lesquels l'activité aérienne du pays sera au point mort. " Le problème était que les compagnies aériennes vendaient des billets sans avoir l'autorisation de voyager en Argentine ", a déclaré un porte-parole du président Alberto Fernandez, cité par un média argentin.

Une "profonde inquiétude " de l'industrie aérienne

Le décret, signé par la National Civil Aviation Administration, a été un véritable bouleversement pour le secteur aérien argentin. Si le plus grand groupe du pays, Aerolineas Argentina, ne devrait pas subir de répercussions trop importantes puisqu'il appartient à l'état, ce n'est malheureusement pas la même histoire pour les transporteurs privés du pays. Plusieurs de ces compagnies, notamment les low-cost, pourraient ne pas s'en relever. Parmi celles-ci, le groupe LATAM, qui possède une importante exploitation aérienne dans le pays, a dû solliciter l'aide du gouvernement.

"Nous comprenons la situation complexe à laquelle le gouvernement est confronté et que sa première priorité est de garantir la santé et la sécurité de la population. Cependant, nous considérons qu'il est de notre responsabilité d'exprimer la profonde inquiétude de l'industrie concernant cette résolution, d'autant plus qu'aucune consultation n'a eu lieu" a déclaré l' ALTA, l'Association du transport aérien d'Amérique latine et des Caraïbes. Le gouvernement a indiqué que seuls les vols de rapatriement des citoyens argentins et de fret étaient encore autorisés à circuler. A ce jour, le pays compte un peu plus de 4 100 cas de contaminations pour 207 décès et 1 150 guéris.