• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Easy-EcoComparateur
Au Crétacé, l'Antarctique n'était pas composé de glace, mais de végétation luxuriante !
Publié le 05/04/2020

ClimatArgentine

Twitter Facebook 167 partages

Aujourd'hui, on se représente l'Antarctique comme une forêt de glace d'un blanc immaculé, dont le climat est le plus hostile à la vie humaine. C'est notamment sur ce continent que la station scientifique russe de Vostok avait enregistré la température la plus basse au monde, en 1982 : - 89,2°C. Tous les ans, la nuit polaire dure quatre mois. Alors, lorsqu'une équipe de scientifiques allemands évoque le fait que le pôle Sud était, à l'époque du Crétacé, une forêt luxuriante, on peine à le croire.

L'Antarctique n'a pas toujours été le continent blanc

L'Antarctique n'a pas toujours été le continent blanc
© goinyk/123RF

C'est pourtant bien vrai. Ces experts ont publié une étude, parue le 1er avril. Ils affirment avoir trouvé des sédiments sous le glacier de l'île du Pin, à 25 mètres de profondeur. Pollen, spores, racines... Des restes de végétation, notamment de plantes à fleurs ont été découverts, les premiers à de telles latitudes. Cette forêt était présente il y a environ 90 millions d'années, dans l'Ouest-Antarctique, lors de la période du Crétacé moyen, s'étendant de -115 à -80 millions d'années.

Rien d'étonnant à ce niveau, puisque le Crétacé est la période ayant connu les températures les plus chaudes de ces 140 derniers millions d'années. Cette forêt tempérée se trouvait alors à quelques 900 kilomètres du Pôle Sud seulement et les températures étaient loin d'être négatives. En moyenne, la température était de 12°C. A titre de comparaison, il s'agit de 2 degrés de plus que la température moyenne en Allemagne aujourd'hui.

Sous les tropiques, les températures à la surface de la mer pouvaient même atteindre jusqu'à 35°C. Pour Johann Klages, géologue à l'Institut Alfred Wegener pour la recherche polaire et marine et auteur de l'étude, c'est une découverte de premier ordre. " C'est sans aucun doute la preuve de vie au Crétacée la plus méridionale jamais découverte. "