• Connexion
A l'aéroport d'Athènes, on embarque grâce à la reconnaissance faciale
Publié le 26/04/2019 113 partages

FormalitéGrèce

Twitter Facebook 113 partages

La reconnaissance faciale pour gagner du temps et faciliter le trajet voyageur. Si les États-Unis, l'Australie et le Qatar se sont déjà munis de cette technologie dans certains de leurs aéroports, en Europe, la Grèce fait figure de précurseur. L'aéroport d'Athènes n'en est qu'à la phase test, mais si les bornes à reconnaissance faciale s'avèrent concluantes, alors le système pourraient s'étendre dans les années à venir.

Les aéroports de Doha, d'Orlando et de Brisbane sont déjà dotés de ce système. Mais en Europe, c'est une première. A l'aéroport international d'Athènes, en Grèce, ont été installées des bornes à reconnaissance faciale. Objectif : supprimer la présentation des cartes d'embarquement et des passeports, afin de fluidifier le trafic et sécuriser les frontières.

Une première en Europe

Ce système, baptisé Smart Path ne concerne pour l'instant que les passagers voyageant avec la compagnie aérienne Aegean Airlines et se rendant dans un pays appartenant à l'espace Schengen. Mais un représentant de l'aéroport a affirmé que le système pourrait s'étendre à d'autres voyageurs, si les résultats s'avéraient concluants.

Un projet débuté en décembre

Un projet débuté en décembre
© chatsimo/123RF

Ce système, créé par la Société internationale de télécommunication aéronautique (ou Sita) est plutôt simple : le passager est photographié à la borne automatique, où le passeport est scanné. Ce sont donc des caméras biométriques qui effectuent la reconnaissance faciale. Courant 2019, les deux aéroports de Paris, ainsi que celui de Nice, pourraient s'en doter.