Kenya : prison à vie pour les possesseurs d'ivoire

EnvironnementKenya

Twitter Facebook Google+ 7138 partages

Les animaux à cornes pourront enfin vivre en paix ! Le ministre du tourisme du Kenya vient d'annoncer que toutes les personnes en possession d'ivoire seront emprisonnées pour le restant de leurs jours. Une décision qui mettra peut-être fin au braconnage qui sévit dans le pays depuis de nombreuses années, et qui menace la survie de plusieurs espèces animales. Avec cette décision, le Kenya confirme sa position de pays très engagé dans la lutte contre le commerce de l'ivoire.

C'est avec émotion que l'on se souvient de la disparition de Sudan, le dernier rhinocéros blanc du Nord, le 19 mars dernier. Sa mort sonne le glas de cette espèce sur terre, une disparition causée en grande partie par les braconniers. Ces derniers chassaient les rhinocéros pour la très grande valeur de leurs cornes.

Lors des funérailles de Sudan, le 1er avril, Najib Balala, le ministre kényan du tourisme a annoncé « l'ivoire appartient aux éléphants et aux rhinocéros. Nous allons changer nos lois afin que quiconque en possession d'ivoire sera emprisonné à vie ».

Les éléphants sont souvent chassés pour leurs défenses

Les éléphants sont souvent chassés pour leurs défenses
© Jonathan Pledger/123RF

A l'origine, l'ivoire était utilisé pour confectionner des touches de piano et d'autres objets décoratifs. Cette pratique n'existe plus depuis 1970. Après cela, on trouvait encore 20 000 rhinocéros au Kenya. Malheureusement, la course à l'ivoire a failli tous les exterminer puisqu'en 1990 il ne restait plus que 400 animaux dans le pays.

Cependant, le commerce de l'ivoire est un fléau qui met certaines espèces en danger d'extinction. La cause de cet abatage massif ? La corne du rhinocéros blanc du Nord est précieuse et se vend jusqu'à 50 000 dollars le kilo (c'est plus que l'or !)

En mémoire de Sudan

Une publication partagée par Helping Rhinos (@helpingrhinos) le

Une annonce qui renouvelle l'engagement du Kenya dans la lutte contre le commerce de l'ivoire. En 2016, c'est devant les caméras du monde entier que le pays avait brulé tout son stock restant d'ivoire, soit 105 tonnes de cornes et de défenses.

La Chine avait déjà adopté une mesure importante, en rendant la vente de l'ivoire hors-la-loi. Selon des experts, le pays serait à l'origine de 70% de la demande mondiale et principalement pour des usages aphrodisiaques. Des chiffres qui font froid dans le dos !

44 J'aime 3 J'aime pas
Manon Imbert
Publié le 16/04/2018 7138 partages
Twitter Facebook Google+