• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Communauté
      • Easy-EcoComparateur
  • Connexion
Japon : une nouvelle espèce de baleine a été découverte
Publié le 30/09/2019

EnvironnementJapon

Twitter Facebook 183 partages

C'est désormais officiel, la famille des cétacés accueille aujourd'hui un nouveau membre : Berardius minimus. Repérée courant 2019 et répertoriée depuis fin août 2019, une nouvelle espèce unique de baleine à bec rejoint le club protégé et fermé des baleines.

Le monde sous-marin effraie par son immensité et sa capacité à garder secret de nombreuses énigmes. Il ne cesse cependant de nous surprendre puisqu'une nouvelle espèce de baleine a été trouvée au Japon. Nommé Berardius minimus, il s'agit d'un animal de sept mètres de long, considéré comme étant une baleine à bec. L'espèce a été identifiée grâce à six spécimens malheureusement échoués sur les côtes de la mer d'Okhotsk au Japon.

Classé dans le genre Berardius, l'animal présente des caractéristiques uniques dont un corps remarquablement plus petit - moins de 7 mètres contre 10 mètres pour B. bairdii. Il dispose aussi d'une couleur plus sombre et des mesures crâniennes différentes que les espèces connues. Des analyses ADN ont démontré aussi des différences significatives.

Que signifie le terme "baleine" ?

Que signifie le terme
© Andrea Izzotti / 123RF

Il s'agit d'une immense diversité d'espèces appartenant aux cétacés qui se distinguent par deux sous-parties : la présence ou l'absence de mâchoires dentées. Alors comment être sûre que la nouvelle découverte est bien une espèce de baleine ?
"Les baleines à bec présentaient une taille nettement plus petite, un corps plus fuselé, un bec plus court et une couleur plus sombre comparée à l'espèce de Berardius connue", explique le Dr Tadasu K. Yamada du Musée national de la nature et des sciences de Tokyo. Selon des analyses plus approfondies, les deux espèces précédemment associées sont différentes à plusieurs niveaux : la morphologie (forme du corps), l'ostéologie (structure du squelette) et la phylogénie moléculaire (physique ou génétique).
Cette nouvelle espèce reste toutefois encore mystérieuse sur plusieurs points essentiels : "Nous ne savons pas encore à quoi ressemblent les femelles adultes", avoue le directeur de l'expédition, "et il reste encore de nombreuses questions liées à la distribution de l'espèce, par exemple".