José, Carmen, Irma... Comment sont choisis les noms des ouragans ?

EnvironnementFrance

Twitter Facebook Google+

Carmen et Eleanore en France, Harvey et Irma outre Atlantique, les tempêtes et les ouragans n'arrêtent pas de terrasser le monde. L'année 2017 a été particulièrement touchée par des intempéries climatiques, et l'année 2018 semble suivre la même direction. Si la situation inquiète les météorologues, une question nous vient à l'esprit : comment sont choisis les noms des ouragans ? On vous explique tout !

Dans les journaux télévisés, dans la presse ou sur internet, de nombreux articles ont fait part des dégâts causés par Irma, José, Harvey ou encore Eleanore. On ne parle pas ici de criminels ou de hors la loi, mais plutôt d'aléas climatiques. Mais pourquoi ces phénomènes ont-ils des prénoms et comment sont-ils attribués ?

Les noms donnés à ces événements météorologiques permettent de faciliter l'échange d'informations entre les scientifiques internationaux et entre les médias et le public. La prise de conscience est plus forte du fait qu'ils soient personnalisés.

Pour cela, Il existe deux façons de faire bien différentes. Une selon l'Europe et une selon le National Hurricane Center de Miami, qui vaut pour les autres continents.

En Europe :

En Europe :
© thomaspajot/123RF

Pendant longtemps, ce fut l'Institut météorologique de l'Université de Berlin qui nommait les tempêtes selon une liste établie au préalable. Mais depuis 2002, il est possible d'acheter un tempête et de lui donner son prénom, grâce à l'opération « Adopt a vortex ». Il faut compter 199 euros pour une simple dépression, et le prix peut atteindre les 299 euros pour un anticyclone.

En décembre 2017, une nouvelle règle voit le jour. Pour la toute première fois, Météo France, AEMET (son homologue espagnol), et IPMA (homologue portuguais) s'unissent pour établir une liste de noms à attribuer pour les tempêtes de la saison 2017-2018.

La liste mise en place début décembre :

La liste mise en place début décembre :
© Capture écran / Météo France

Et comme 2018 commence sur les chapeaux de roues, nous en sommes déjà à la lettre E : Ana, Bruno, Carmen et Eleonore.

Attendez, rien ne vous choque ? Pourquoi aucune tempête ne commence par la lettre D ? Mais où est passé David ? Ce nom n'a pas été utilisé parce qu'entre temps, une tempête éclata au-dessus des îles britanniques. Elle fut nommée Dylan. Nous sommes donc passés directement à la lettre E.

Dans le reste du monde :

Dans le reste du monde :
© nattachart/123RF

Hors de l'Europe, Les tempêtes se voient attribuer un nom provenant d'une liste, rédigée il y a de cela plusieurs années parle National Hurricane Center de Miami, en Floride.

C'est en réalité 6 listes de 21 patronimes qui ont été établies en 1953 et qui se relaient tous les 6 ans afin de nommer les tempêtes au fil du temps. Une liste est utilisée pour une année entière. Le premier ouragan de l'année portera un prénom commençant par la lettre A, le deuxième par la lettre B, et ainsi de suite.

les 6 listes en question :

les 6 listes en question :
© EASYVOYAGE

Puisque les 6 listes reviennent toutes les 6 ans, il est normal d'avoir plusieurs tempêtes du même nom. On connait donc une tempête Cindy qui a eu lieu en 1993, un ouragan Cindy en 2005, et une autre tempête en 2017. Il est fort probable qu'en 2023, une nouvelle tempête soit nommée Cindy.

Si un ouragan se révèle trop destructeur, causant trop de dégâts matériels et trop de pertes humaines, son nom est retiré de la liste. Ce fut le cas pour l'ouragan Katrina en 2005 et Irma en 2017. À l'avenir, Il est important dene pas associer une autre tempête à l'un de ces phénomènes climatiques extrêmes. Pour Harvey qui a frappé le Texas, aux USA en août 2017, l'Organisation météorologique mondiale doit se réunir pour décider si oui ou non le prénom sera enlevé des prochaines listes. Affaire à suivre...

À présent, vous pourrez vous vanter de savoir comment sont nommés les ouragans, à défaut de pouvoir expliquer leur formation. N'est pas météorologiste qui veut tout de même !

0 J'aime 1 J'aime pas
Publié le 05/01/2018
Twitter Facebook Google+