Publié le 26/03/2015

#Transport #Islande

Vols transatlantiques : intox Ryanair et vrai low cost long courrier

Ryanair a annoncé se lancer dans l'aventure des vols transatlantiques long-courriers d'ici 5 ans. Avant de se rétracter 3 jours plus tard. Un nouveau buzz de l'irlandaise qui ne doit pas cacher une réalité. Des vols low cost long-courriers et notamment entre Europe et Etats-Unis, cela existe déjà.

La compagnie low cost Ryanair, en particulier par la voix de son sautillant boss Michael O'Leary sait comment provoquer le buzz. Quitte à faire des déclarations fracassantes pour rétropédaler trois jours plus tard. Peu importe comment on parle de moi, tant qu'on parle de moi! Démonstration en a encore été faite le lundi 16 mars avec l'annonce du lancement d'un service low cost transatlantique dans les 5 ans avec des Paris-New York à 14 euros, démentie le jeudi suivant. Et ce n'est pas la première fois!

Une technique de communication rodée qui ne doit pas cacher la réalité. Des vols transatlantiques low cost, cela existe déjà! La compagnie Norwegian propose des vols exploités et commercialisés selon le système low cost vers New York, Miami ou même Los Angeles au départ d'Oslo. Et c'est d'actualité, l'islandaise Wow Air proposera à partir de ce vendredi 27 mars des vols entre ses destinations européennes - dont Paris - et la ville américaine de Boston via l'aéroport de Reykjavik à partir de 250 euros l'aller simple. Une liaison vers Washington DC suivra au même tarif dès le 4 juin.

Sur d'autres axes, vers l'Asie notamment, les vols low cost long courrier ont aussi trouvé leur modèle, même s'il y eut aussi des échecs et des retours en arrière. Air Asia X a trouvé son rythme de croisière entre Kuala Lumpur et plusieurs villes australiennes et pense même revenir à Londres et Paris, des lignes pourtant vite abandonnée peu après leur lancement en 2009 car non rentables au moment où le baril de pétrole était au plus haut.

Si le modèle low cost moyen-courrier est désormais omniprésent dans le monde, c'est un fait, il est difficile à adapter aux vols longue distance. Parmi d'autres, Air Madrid en 2007, Oasis Hong Kong Airlines en 2008, la canadienne Zoom Airlines en 2008 ou Viva Macau en mars 2010, ont toute tenté l'aventure avant de devoir fermer boutique.