Voici Clipperton, une île française inhabitée mais couverte de déchets !
Publié le 06/12/2018 1347 partages

EnvironnementFrance

Twitter Facebook 1347 partages

Minuscule petit lopin de terre perdu au coeur de l'océan Pacifique, l'île française de Clipperton est méconnue et surtout inhabitée. Bien qu'aucun Homme ne vivent sur le sable fin de la minuscule île d'environ 2 km², l'entièreté de la végétation et du sable sont recouverts par des déchets plastiques. Les dernières données ont été recueillies par l'expédition Tara qui a vocation à illustrer les dommages des déchets plastiques à travers les océans.

Au fond de l'océan Pacifique, l'île de Clipperton est un atoll isolé. Appartenant à la France, il est inhabité depuis toujours (ou presque mais c'est une autre histoire). À plus de 1000 kilomètres de la côte ouest du Mexique et 5400 kilomètres de Tahiti, c'est l'une des îles les plus lointaines de la France métropolitaine (10 000 kilomètres). C'est aussi la seule et unique possession française de tout le Pacifique nord. La partie émergée de l'île ne mesure que 1,7 km² et ressemble trait pour trait à un petit paradis avec son lagon, ses plages de sable fin et ses cocotiers.

Sur Clipperton, les oiseaux font leur nid dans les déchets

Sur Clipperton, les oiseaux font leur nid dans les déchets
© Capture vidéo Le Figaro

Bien qu'il n'y ait aucune trace humaine, l'île est entièrement couverte de déchets en tout genre mais surtout plastiques d'après les retours de l'équipage de l'expédition Tara Pacific, financée par le Centre de Recherches Insulaires et Observatoire de l'Environnement (CRIOBE). Revenus en France le 27 octobre 2018 après une odyssée de deux ans, l'équipage ne s'attendait pas à trouver une telle quantité de déchet sur l'île et sur le récif entourant l'atoll. Si ce dernier s'en sort plutôt bien, les chercheurs n'ont pas pu s'empêcher de constater les dégâts à terre.

Le directeur du CRIOBE, Serge Planes, le corail est même en plutôt bonne santé et en nombre, bien qu'assez semblable. Les plages, quant à elles, sont couvertes de tout type de déchets : flacons, bouteilles, filets de pêche, briquets. D'après les personnes présentes sur place, il ne resterait pas un seul endroit propre sur l'ensemble de l'île de Clipperton. Malheureusement, l'île abrite une colonie de fou (masqués ou bruns). Ces oiseaux passent la majeure partie de leur temps au large mais restent et reviennent sans cesse sur l'île afin d'y construire leur nid.

L'État français ne semble pas prendre la mesure du problème puisqu'aucun navire n'a été envoyé nettoyé la zone. Pourtant, le gouvernement tient à cet endroit qui lui permet d'assurer une zone économique exclusive (ZEE) et envoi, une fois par an, un navire de la marine nationale afin d'y assurer la sécurité et entretenir la plaque ainsi que le seul drapeau qui s'y trouvent.