L'Ile Maurice : un leader écolo dans l'Océan Indien ?
Publié le 14/06/2018 1275 partages

EnvironnementIle Maurice

Twitter Facebook 1275 partages

Préserver les sites naturels, sauver l'île ! Voici la mission ambitieuse de l'île Maurice. En lançant son programme "Maurice Ile Durable", le gouvernement ainsi que certaines associations souhaitent développer les offres touristiques, tout en protégeant les sites naturels. On fait le point sur ses ambitions durables et son patrimoine à protéger.

Avec plus d'un million de touristes sur le sol mauricien par an, l'enjeu est de taille pour concilier au mieux le tourisme et la protection des sites. C'est pourquoi, le gouvernement a mis en place le programme "Maurice Ile Durable" (MID), qui sur le long terme a pour objectif d'exploiter les ressources d'énergies renouvelables, de préserver l'environnement, de se lancer dans le recyclage et de s'adapter aux changements climatiques.

Toujours dans l'optique d'être plus belle et plus propre, l'île Maurice lance des normes écologiques précises destinées aux complexes hôteliers : utilisation de l'énergie solaire pour chauffer l'eau et des énergies renouvelables, récupération de l'eau de pluie pour irriguer les espaces verts, et le tri sélectif.

Ses témoignages écologiques

Ses témoignages écologiques
©myroslava / 123RF

L'île Maurice ne se résume pas à ses lagons idylliques et à sa belle vitrine d'hôtels de luxe. Avec sa flore exceptionnelle, sa nature protégée, ses réserves naturelles, sans compter les nombreux domaines et parcs, elle regorge d'adresses naturelles qui méritent le détour et d'être préservées.

Dans ce point de vue, en témoignent le Morne brabant, classé au Patrimoine Mondial de l'UNESCO depuis 2008, et le Parc National des Gorges de la Rivière Noire. Outre ces deux exemples, sa biodiversité reste la motivation principale à ce projet de tourisme durable. Au fil des siècles, l'île a accueilli une multitude d'espèces : cerfs de java, singes, sangliers, cochons marrons, divers oiseaux rares et des tortues marines. Réputée pour être un paradis pour les botanistes, elle recense aussi une végétation inestimable allant du filao, au anthurium, ou bien au tambalocoque, surnommé « arbre à dodo ».
Arpenter le jardin botanique de Pamplemousses avec sa belle collection exotique et des nénuphars géants, ou bien le jardin botanique de Melrose ou de Curepipe, est une bonne expérience pour se rendre compte de son incroyable richesse. 

Enfin, citons l'île aux Aigrettes, l'exemple type de l'exploitation écologique. Cette réserve naturelle, de 27 hectares, est gérée par la Mauritian Wildlife Foundation, et était autrefois un refuge pour le dodo. Aujourd'hui, certaines espèces très rares ont élu domicile sur cette île, comme le cardinal de Maurice. 

L'écolodge : un modèle en expansion

L'écolodge est le modèle parfait pour profiter de l'environnement tout en le respectant. Les Lodges de Kestrel Valley, La Route du Thé, La Vieille Cheminée, ou bien le Lakaz Chamarel sont des écolodges qui excellent actuellement dans ce domaine. Prenant comme exemple, Lakaz Chamarel, né entre les mains de Jean Marc et Virginie Lagesse, est un écrin tropical qui a réussi à s'implanter dans la nature. Il a d'ailleurs rejoint le club très fermé du label Mauritius Boutique Hotel (MBH), dans le but d'offrir une nouvelle approche du tourisme à Maurice. Comment procède-t-il ? L'établissement traite avec du sel des salines de Rivière Noire ses piscines, utilise des matériaux naturels, favorise une construction "maison" pour se rafraîchir naturellement par le vent, et réchauffe l'eau de la piscine et de la douche par l'ensoleillement.

Des activités douces

Qui dit tourisme vert, dit activités vertes. Visiter autrement l'île Maurice n'a jamais été aussi facile qu'aujourd'hui. Véritable terre d'aventures sportives, le programme s'annonce chargé et écologiquement positif : des randonnées nature vers les gorges de la Rivière Noire ou les chutes de Tamarin, des itinéraires piétons pour aller d'un village à un autre, le développement du cyclotourisme qui est idéal pour faire le tour de l'île ou pour faire des parcours aventureux à Chamarel.

Un engagement vert sur l'ensemble de l'île

Selon lexpress.mu, il n'y a pas que le gouvernement qui s'en mêle ! La protection de l'île concerne tout le monde, à commencer par les locaux. « Certains Mauriciens mettent les bouchées doubles pour changer les mentalités et aider le pays. » insiste l'express.mu. Et c'est une bonne chose pour le bien-être de l'île. Les associations fleurissent, comme Mission Verte, dont le but est de rendre Maurice la plus verte possible, autant dans la vie professionnelle que personnelle ! Les volontaires ne manquent pas pour protéger l'île, dont la pollution du sol se répercute immédiatement dans l'océan et les plages.
Quoi qu'il arrive, Maurice se donne tous les moyens pour devenir un modèle responsable et durable dans l'Océan Indien