• Connexion
Il pleut et neige du plastique dans les Pyrénées
Publié le 24/04/2019 4238 partages

EnvironnementFrance

Twitter Facebook 4238 partages

Voilà qui est effrayant. Après les villes et les océans, le plastique envahit les montagnes maintenant. Du moins, c'est ce qu'ont constaté des chercheurs dans un coin des Pyrénées ariégeoises, un site censé être protégé de tout et surtout, de ce genre de malheur.

  

  
© Pedro Salaverria

Le constat semble alarmant. Dans une revue intitulée Nature Geoscience, des chercheurs de Toulouse, Orléans et Strathclyde (Ecosse) font part d'une réalité peu réjouissante. Il neige et pleut des particules de plastique en quantité « non négligeable » dans un coin reculé des Pyrénées ariégeoises.

C'est une bien mauvaise surprise pour les scientifiques. Au début de leur recherche, ceux-ci avaient bien pris soin de choisir un endroit isolé des Pyrénées, théoriquement à l'écart des activités humaines et industrielles. Mais les échantillons ont parlé : même si le site en question est en zone natura 2.000, il est bel et bien concerné par la pollution. Selon les scientifiques, « il y a plus de 365 particules de microplastiques par mètre carré et par jour ». Et Steve Allen, chercheur associé au laboratoire EcoLab de Toulouse, d'ajouter : « Il est étonnant et inquiétant de voir autant de particules trouvées sur le site des Pyrénées ».

Pour le moment, l'origine de ces neiges et pluies un peu particulières semble encore difficile à déterminer. Ce qui est certain, c'est que ces particules ont été transportées par le vent sur plus d'une centaine de kilomètres. « Les facteurs de dégradation du plastique sont assez bien connus, mais les facteurs et les mécanismes de transport des microplastiques apparaissent complexes et constituent un nouveau domaine de recherche ». En espérant alors que nous aurons des réponses rapidement.

Souhaitons néanmoins que ce petit endroit tranquille ne subisse pas le même sort que l'Everest, désormais considéré comme la « plus haute poubelle du monde ». Définitivement, la montagne n'est plus aussi saine et pure qu'on ne le pensait.