• Connexion
Vous pouvez enfin récupérer vos objets confisqués à l'aéroport !
Publié le 15/07/2019

TransportFrance

Twitter Facebook 73 partages

Liquides, aérosols ou objets tranchants... Chaque année des millions de voyageurs oublient qu'ils sont interdits en cabine et se voient obligés de les laisser à l'aéroport. Désormais grâce à Tripperty, vous pouvez enfin venir récupérer vos précieux objets tristement confisqués.

 

 
© Chalabala / 123RF

Vous voilà face à la douane et vous vous rendez compte que vous avez pris, dans votre bagage à main, vos précieux ciseaux, ou le dernier parfum hors de prix qu'on vous avait offert. Triste, vous êtes donc obligé de les abandonner à jamais aux douaniers de l'aéroport par mesure de sécurité... Selon une récente étude, c'est d'ailleurs l'un des principaux points d'agacement dans le parcours d'un passager à l'aéroport.

"Il y a le petit-fils qui vient de recevoir en cadeau un Opinel, ou encore l'adepte du couteau suisse, qui ne s'en sépare jamais. Et la plupart du temps, ces passagers ne voient pas d'un très bon oeil qu'il soit jeté à la poubelle", explique Caroline David, la cofondatrice de Tripperty.

Rassurez vous ! Désormais, si vous devez vous en passer pendant vos vacances, dès votre retour il sera possible de les récupérer !

Un nouveau service nommé Tripperty, lancé par Aéroports de Paris et La Poste, vous permet de récupérer les objets saisis au contrôle. Pour cela, il existe plusieurs possibilités. Le passager peut dès son retour se présenter à l'aéroport et payer 10 euros pour retrouver son objet préféré. Ou bien se le faire envoyer par voie postale pour la somme de 15 euros en France, 20 euros en Europe et 30 euros à l'étranger. Enfin, il peut tout aussi décider de lui donner une nouvelle vie et en faire don à une association.

Le nombre d'objet récupéré par les douanes est impressionnant. En 2017, 14 tonnes d'objets interdits à bord ont été saisis à l'aéroport Paris-Charles de Gaulle. "10 à 20 objets sont récupérés en moyenne chaque jour, et cela devrait aller en s'amplifiant avec l'émergence des vols low cost qui incitent à garder son bagage en cabine", explique Yves Kerboriou, co-fondateur de Tripperty. "Du fer à cheval, aux boules de pétanque en passant par des drones, dont les batteries au lithium sont interdites dans les avions. Mais ce que nous recueillons le plus, ce sont des produits cosmétiques et des couteaux".

"Mon fils n'a pas pu passer le contrôle avec l'épée que lui avait offerte son père, heureusement que j'ai pu l'expédier par la Poste." témoigne Céline, utilisatrice du service.

Vous retrouverez ce service sur l'ensemble des terminaux des aéroports de Marseille Provence, Ajaccio, Nice et sur le Terminal 3 de Roissy Charles-De-Gaulle, et bientôt sur tous les terminaux des deux aéroports de Paris.