• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Easy-EcoComparateur
Exit Tahiti et Bora Bora, bienvenue à Huahine
Publié le 09/06/2018

NaturePolynésie

Twitter Facebook 323 partages

Plus sauvage, plus petite, plus authentique... Elle est l'un des secrets les mieux gardés des îles de la Société. Les étrangers ne la connaissent pas, tandis que les locaux vantent ses mystères. Ici, on vit lentement et on profite. On a testé avec Tahiti tourisme et on a adoré. Bienvenue à Huahine.

La Polynésie française se résume souvent, dans l'inconscient collectif, à Tahiti et Bora Bora. Rendons à César ce qui est à César, si ces deux îles sont de véritables joyaux du Pacifique, il est une île voisine qui vaut tout autant le détour, mais qui se fait plus discrète : Huahine. Pourtant, c'est un vrai petit coin de paradis, à 40 minutes en avion de Tahiti.

Villages typiques, forêts abondantes et lagons à perte de vue... Ce petit caillou perdu au beau milieu de l'archipel offre toutes les possibilités d'un séjour mémorable. Tour de l'île, activités nautiques ou encore, gastronomie locale, c'est l'endroit idéal pour découvrir la culture polynésienne.

Idéal pour un séjour déconnecté

Idéal pour un séjour déconnecté
© dam@seaphotoart.com

Et pour peu que l'on soit adepte du farniente, avec Huahine, on met dans le mille. Avec un tourisme moins développé et surtout, plus respectueux (avec les pensions de famille, par exemple), on accepte de ralentir le rythme, de prendre le temps et de déconnecter (parfois littéralement, au vu de la connexion wifi défaillante).

En somme, cette merveille du bout du monde mérite que l'on s'y attarde, à condition bien sûr de la respecter et de la préserver. Car le risque reste toujours le même : à trop développer le tourisme, l'île pourrait bien perdre ce pourquoi on y vient, justement : son authenticité. Espérons que non !