() Le secteur hôtelier français perd 100 millions d'euros durant les grèves - Easyvoyage
Le secteur hôtelier français perd 100 millions d'euros durant les grèves
Publié le 13/06/2018 325 partages

EconomieFrance

Twitter Facebook 325 partages

Depuis les mouvements de grève des transports, notamment chez Air France ou la SNCF, le secteur français de l'hôtellerie aurait subi un manque à gagner de plus de 100 millions d'euros. Ces estimations ont été rendues publiques mardi 5 juin dans un rapport du cabinet MKG Consulting, spécialisé dans les questions des secteurs touristiques et hôteliers. Selon Élisabeth Borne, la ministre des Transports, le mouvement social à la SNCF a impacté l'économie française de 400 millions d'euros.

C'est au lendemain du treizième épisode de grève que le rapport est tombé. Alors que le secteur hôtelier semblait connaître une amélioration en ce début d'année, les mois d'avril et mai ont subi un net ralentissement d'activité, conséquence des difficultés à se déplacer pendant les périodes de grèves.

Dans le différentiel entre jours de grève et jours de non grève, la région Grand-Est est la plus impactée avec 4,3 points de différence. Les régions Hauts-de-France (3,9 points) et Normandie (3,7) complètent ce podium.

La grève SNCF est reconductible jusqu'au jeudi 28 juin

La grève SNCF est reconductible jusqu'au jeudi 28 juin
© ostill/123RF

Très fréquentées pour les vacances de Pâques et les ponts du mois de mai, les régions PACA, Occitanie et Nouvelle-Aquitaine ont particulièrement été impactées durant les week-ends.

Selon les conclusions du rapport, la prolongation du bras de fer entre les cheminots et salariés d'Air France face au gouvernement pourrait avoir des conséquences plus sérieuses sur la survie des hôtels des littoraux français ou encore sur l'image du secteur touristique français à l'étranger.

Pour rappel, les cheminots protestent contre le projet de loi de réforme ferroviaire soumis au vote ce 5 juin et approuvé par les sénateurs en première lecture. Les salariés d'Air France protestent quant à eux contre l'absence de négociations sur les salaires.