• Connexion
Groenland : une pièce d'un A380 retrouvée sous 4 mètres de glace
Publié le 13/07/2019

TransportGroenland

Twitter Facebook 97 partages

En septembre 2017, une partie d'un réacteur s'est décroché d'un A380 d'Air France survolant le Groenland. Deux années plus tard, la pièce de 150 kilos est retrouvée dans une crevasse par le Bureau d'Enquêtes et d'Analyses , sous 4 mètres de neige et de glace.

 

 
© Nils Krauß

Alors qu'il volait au-dessus du Groenland, un avion d'Air France qui partait de Paris et se dirigeait vers Los Angeles a perdu une partie de son réacteur, moteur qui avait été construit par les américains General Electric et Pratt et Whitney au sein d'Engine Alliance. L'avion avait donc dû être dérouté vers l'aéroport militaire de Goose Bay afin d'être rapidement réparé. En revanche, pas de catastrophe pour les 520 individus qui se trouvaient à bord de l'appareil : ils n'ont subi aucun dommage.

Le 1er juillet, le Bureau d'Enquêtes et d'Analyses qui étudiait le dossier, a annoncé qu'il avait enfin retrouvé cette pièce du moteur tant recherchée. Faite de titane, le réacteur pesait près de 150 kilogrammes. Et pourtant, elle était enfouie sous 4 mètres de neige et de glace, au beau milieu d'une crevasse. Une découverte qui n'aurait pas été possible sans l'aide du Geological Survey du Danemark et Groenland ayant aussi participé à ces fouilles, faites dans des conditions extêmes. Car c'est avec un radar et un robot que les crevasses, recouvertes de neige et donc invisibles, ont pu être détectées.

Dès lors envoyée aux Etats-Unis, la pièce est maintenant examinée par la société qui l'a conçue mais ce, sous la supervision du BEA pour compléter les recherches. On en saura donc bientôt sans doute plus ! Pour information, dans cette enquête de sécurité, le BEA représente la France, Etat de l'exploitant, de l'immatriculation et de la conception de l'avion.