• Connexion
Les coraux de la Grande Barrière se sont bien reproduits en ce début de période de reproduction
Publié le 03/12/2019

EnvironnementAustralie

Twitter Facebook 266 partages

Une petite lueur d'espoir dans le triste futur environnemental de notre planète, dépeint par les scientifiques ? Peut-être... Le 17 novembre dernier, les scientifiques se sont aperçus que la reproduction du récif de la Grande Barrière de Corail avait littéralement explosée avec des pontes d'oeufs assez massives. Et ce, dès la première nuit.

A Cairns, en Australie, le biologiste marin Pablo Cogollos se réjouit. " Il y a eu trois fois plus d'oeufs et de sperme que l'an dernier, les coraux mous ont pondu quatre jours après la pleine lune et c'est considéré comme le meilleur frai de corail depuis cinq ans. " Un petit miracle rendu possible grâce à la synchronisation des pontes d'oeufs et de sperme des coraux.

Un phénomène qui ne se produit qu'une fois par an

Un phénomène qui ne se produit qu'une fois par an
©Brian Kinney/123RF

Cette phase ne dure pourtant que 48 à 72h et les plusieurs conditions doivent être réunies pour favoriser la reproduction, comme une eau à 27 ou 28°C ou encore, une ponte après une nuit de pleine lune. Malgré toutes ces circonstances, la reproduction a été excellente, et même " prolifique " selon Pablo Cogollos.

Une information qui met du baume au coeur après deux années consécutives de blanchiment du corail sans précédent, en 2016 et 2017. En plus du réchauffement climatique, la présence de l'acanthaster pourpre, une étoile de mer qui se nourrit des coraux, est particulièrement grave. C'est la pollution qui l'a aidé à se développer dans les eaux.

Afin de protéger au mieux les coraux, les scientifiques ont décidé, l'année dernière, de collecter les oeufs et le sperme du corail pour créer des larves et les réimplanter dans les zones les plus touchées des 2300 km de la Grande Barrière.