• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Communauté
      • Easy-EcoComparateur
  • Easymiles
  • Connexion
Etats-Unis : la maltraitance animale est passible de prison
Publié le 04/12/2019

SociétéEtats-Unis

Twitter Facebook 3412 partages

Une grande avancée majeure, dans le domaine de la protection des animaux, se met en place aux États-Unis. Donald Trump a signé le 25 novembre un projet de loi établissant la cruauté envers les animaux comme un crime fédéral. Ce projet de loi est né dans l'état de la Floride où deux élus à la chambre des Représentants élaborent cette Prévention des actes de cruauté animale et de torture ("Preventing Animal Cruelty and Torture Act" en anglais, abrégé en "PACT")

 

 
© andriano / 123RF

Stop aux maltraitances des animaux ! Les États-Unis pourrait faire un grand pas dans le domaine de la protection des animaux dans les mois à venir. En effet, dans l'état de Floride, deux élus à la chambre des Représentants travaillent sur un projet de loi pour la Prévention des actes de cruauté animale et de torture ("Preventing Animal Cruelty and Torture Act" en anglais, abrégé en "PACT"). Ce projet vise à punir sévèrement les actes de torture et de cruauté sur les animaux comme les brûlures, la suffocation, les écrasements, les empalements, les noyades... Les personnes jugées pourraient écoper de sept ans de prison.
Ce projet de loi a été signé par le président américain le 25 novembre. Ce dernier a déclaré que le projet empêcherait les personnes de partafger des images de tout type de cruauté envers les animaux. Actuellement, le projet de loi avait déjà reçu le soutien du Sénat et de la Chambre des représentants des États-Unis (House of Representatives).

C'était déjà plus ou moins le cas en 2010 grâce à la loi de Prévention à la Cruauté et Torture animale, cependant cette loi interdisait la création, la vente et la distribution de vidéos illustrant des actes violents (torture, mise à mort...). Cette fois-ci, ce projet de loi pourrait sanctionner les coupables pour leurs actes, et non pour la présence d'une preuve par vidéo.

Soutenus par de nombreuses associations, le projet de loi s'annonce comme une première historique et une grande victoire pour la protection et les droits aux animaux.

Et en France ?

Quelles sont les sanctions en France ? Elles sont moins sévères puisque toutes les personnes qui possèdent un animal et qui le maltraite peuvent encourir à une amende de 750 euros. Cependant, la peine peut être plus conséquente si l'acte de cruauté est considérée comme grave envers un animal domestique. Le coupable encourt d'une amende de 30 000 euros et deux ans de prison. En complément de cette peine, il peut également être interdit de possèder un animal domestique.