• Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Camping
    • Plus
      • Guide
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Circuit
      • Voitures
      • Easy-EcoComparateur

Publié le 20/12/2019

#Insolite #Equateur et Galapagos

Équateur : découverte d'un dinosaure "nain"

Le Yamanasaurus lojaensis est la nouvelle espèce de titanosaure de petite taille qu'ont découvert des experts équatoriens. 6 mètres de long et entre 2 et 3 mètres de haut, soit de petites mensurations pour un dinosaure, dont la taille peut facilement atteindre les 22 mètres de long et les 12 mètres de haut. Lumière sur ce spécimen.

 

  © Thanarak Worakandecha /123rf

C'est un octogénaire, Francisco Celi, qui a ouvert la piste de l'équipe de géologie de l'université de Yamana. C'est également lui qui a conduit les scientifiques au lieu de la découverte. L'équipe, dirigée par le scientifique Galo Guaman, enseignant à l'université de Yamana en Équateur, avec le paléontologue argentin Sebastian Apesteguia, ont revendiqué cette trouvaille.

Le squelette était décomposé et incomplet. Toutefois, les spécialistes sont parvenus à déterminer sa nature grâce à deux artères retrouvées. Les ossements ont été détectés à Yamana dans le sud de l'Équateur et ont été présentés à Loja. Le spécimen appartient au genre des saltasaurus, une espèce qui vivaient à la période du Crétacé. C'est donc un titanosaure qui peuplait la Terre il y a 85 millions d'années. Ce sont les derniers dinosaures à être apparus sur la planète. Les experts distinguent cette espèce de celle retrouvée en Argentine.

Le plus petit des titanosaures

C'est effectivement le premier découvert en Équateur. Il prend ce nom en raison de sa petite taille. Ses os sont courts et épais. L'animal était herbivore, possédait tout de même un long cou et une cuirasse protectrice.

Les experts vont tenter à présent de déterminer sa parenté. Ils relèvent l'étrangeté de cette découverte soulignant que les terres de cette région ne sont pas favorables à ce genre de vie. Ainsi, ils suggèrent que ce spécimen vienne d'autre part, transporté par le courant ou le mouvement de la terre.