• Connexion
En Bretagne, des poules remplacent les insecticides
Publié le 14/04/2019

EnvironnementFrance

Twitter Facebook 5821 partages

A Saulnières en Ile-et-Vilaine, un arboriculteur qui ne jure que par le bio depuis 12 ans, a trouvé une solution miracle pour éradiquer les insectes qui dévoraient ses arbres fruitiers : des poules ! Très friandes de ces petits êtres nuisibles, elles ne se sont pas laissé mourir de faim et ont réussi le test haut la main ! Fructueuse et réjouissante, cette expérience marque une belle avancée en matière de respect de l'environnement.

 

 
© VOLODYMYR BURDYAK

Christophe Bitauld l'a fait ! Passé à l'agriculture bio depuis plus de 10 ans, le producteur breton a tout essayé pour vaincre les insectes qui décimaient ses arbres. Sa dernière expérimentation : 80 poules, en liberté, sur 3 hectares. A côté, une parcelle laissée sans traitement afin de comparer les résultats. Un an plus tard, le verdict tombe : l'anthonome du pommier, redoutable prédateur pour les arbres fruitiers, a quasiment déserté ces derniers (présence diminuée de 80%) grâce au bon travail des gallinacés.

A l'origine de cette brillante idée, Dominique Biche, conseiller arboriculture à la chambre d'agriculture des Côtes d'Armor. Son ambition : débarrasser les pommiers des insectes ravageurs sans avoir recours à des produits phytosanitaires. En optant pour les poules et en approfondissant ses recherches, il constate que les poules locales (poules noires de Janzé) sont particulièrement efficaces : « Elles sont plus puissantes au niveau des ailes et sont capables de se percher rapidement dans les arbres pour échapper au renard ». Une chance pour cette espèce d'être retenue car elle est en voie de disparition.

 

 
© digidreamgrafix

A ce jour, Christophe Bitauld élève 200 poules noires de Janzé. Si ces dernières participent largement à la bonne santé de ses arbres et lui pondent des œufs de grande qualité, il peut quant à lui se féliciter de faire revivre une race menacée. Elles disposent largement de quoi se nourrir, sont élevées en plein air et protégées des renards grâce à des poulaillers. Autant dire qu'il s'agit d'une excellente collaboration. Naturelle et stimulante !

Très fier de son initiative, le producteur compte également sur ses 120 moutons pour désherber ses 30 hectares. Même principe que les poules, cela évite d'utiliser des produits chimiques ou de faire fonctionner du matériel susceptible de polluer. A Christophe Bitauld et Dominique Biche de promouvoir cette technique révolutionnaire auprès de nombreux autres agriculteurs et de faire des animaux les pesticides de demain. On y croit !