Un scarabée, responsable de la destruction d'une forêt en Afrique du Sud
Publié le 10/01/2019 448 partages

EnvironnementAfrique du Sud

Twitter Facebook 448 partages

En Afrique du Sud, les chercheurs s'inquiètent de l'arrivée d'un insecte minuscule, responsable de la mort de cent mille arbres environ, dans la forêt urbaine de Johannesburg. Depuis plus d'un an, un scarabée, originaire d'Asie, contamine les arbres de la forêt. Les biologistes craignent une arrivée de l'insecte dans les zones plus rurales.

Des milliers d'arbres détruits dans l'une des plus importantes jungles urbaines au monde, celle de Johannesburg, en Afrique du Sud. Le coupable : une bestiole ne dépassant pas les deux millimètres, le Euwallacea Fornaticus, un scarabée originaire du Vietnam. Depuis un an et demi, l'insecte administre une sorte champignon dans l'écorce de ces arbres, les tuant à petit feu.

Une capitale qui se veut verte mais qui subit les aléas

Une capitale qui se veut verte mais qui subit les aléas
©Felix Lipov

Depuis son arrivée sur le sol sud-africain, il y a environ un an et demi, environ 100 000 arbres sont morts. Le scarabée, transporté sûrement par cargo d'Asie, est désormais implanté dans six provinces du pays et a contaminé plus de 80 espèces d'arbres. Pire : sur chaque arbre touché par le champignon, le scarabée peut pondre jusqu'à 50 000 œufs.

Un groupe d'activistes a proposé l'usage d'un insecticide combiné à un fongicide, mais la mairie a refusé, jugeant le prix (100 euros par an pour chaque arbre infecté) trop élevé, l'effet n'ayant pas été avéré. L'utilisation massive de guêpes, tueuses de scarabée, pourrait également être une solution. Seulement voilà, l'université de Pretoria envisage pas moins de deux ans de recherches.

Il devient pourtant urgent d'agir. Le biologiste Wilhem de Beer s'inquiète que la propagation se fasse jusqu'aux zones rurales. Les arbres exotiques, composant la forêt de Johannesburg, peuvent être replantés. En revanche, ce n'est pas le cas en campagnes. Ces zones seraient totalement anéanties.