• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Communauté
      • Easy-EcoComparateur
  • Connexion
Égypte : des momies vieilles de 2 000 ans découvertes dans le sable
Publié le 17/10/2019

CultureEgypte

Twitter Facebook 673 partages

Durant une fouille archéologique, une équipe polonaise a découvert une douzaine de momies vieilles de 2 000 ans, près du site de Saqqarah en Égypte. La majorité des momies était directement enterrée dans le sable. Selon les archéologues, l'une d'elles a montré des signes décoratifs intrigants et mystérieux.

 

 
© Andrea Izzotti / 123RF

Il faut croire que le sable égyptien n'a pas encore dévoilé tous ses secrets. Près du site célèbre de Saqqarah, dans le nord du pays, des archéologues Polonais ont découvert de nouvelles sépultures qui ressortent du sable, en septembre 2018. Une douzaine de momies ont été découverte près d'une pyramide à degrés de Djéser, considérée comme la plus vieille pyramide d'Égypte. Les momies seraient vieilles de 2 000 ans.

"La plupart des momies que nous avons découvertes la dernière saison étaient très modestes. Elles n'ont subi que des traitements d'embaumement basiques, ont été enveloppées dans des bandelettes et placées directement dans des fosses creusées dans le sable", a expliqué à l'agence polonaise PAP, le Dr. Kamil O. Kuraszkiewicz de la Faculté des sciences orientales de l'Université de Varsovie.

Ensevelies sous le sable durant des siècles, les momies n'ont malheureusement été mal conservées. Certains sarcophages ont même été pillés et ne contenaient plus rien. L'état des sarcophages prouve que les défunts devaient être des individus ordinaires, contrairement aux élites qui avaient des tombes à part entière.

Des décorations inhabituelles

Cependant, l'un des sarcophages a attiré l'attention des archéologues. Il présentait des éléments décoratifs, notamment un collier peint sur le couvercle et des inscriptions, qui n'avaient pas de sens. Un autre élément décoratif a aussi attiré l'attention en bas du cercueil : deux représentations du dieu égyptien Anubis sous la forme de chacals allongés. Le dessin a été réalisé en bleu, une couleur inhabituelle puisque Anubis est plus souvent représenté en noir. L'origine de cette particularité reste encore une énigme.