• Connexion
Un trésor découvert à Roissy rendu au Pérou
Publié le 16/06/2019

CulturePérou

Twitter Facebook 101 partages

Interceptés à l'aéroport Charles de Gaulles à Paris, la douane avait fait une découverte incroyable lors d'un contrôle... Deux statuettes et un bâton sculpté datant de l'époque pré-colombienne ont été retrouvés dans des cartons abimés. A présent, ces trésors dénichés en France vont être rendus au Pérou.

 

 
© Matyas Rehak / 123RF

" C'est tout simplement le flair douanier qui leur a permis de retrouver ces objets, lesquels avaient été vendus illégalement à un particulier français ", raconte Anne-Sophie Vitoux, la secrétaire générale des douanes pour les aéroports Paris. C'était en 2007, à l'aéroport de Roissy, en France, lorsque la douanière découvre un carton sans adresse de destination qu'elle décide d'inspecter.

Si les statuettes étaient accompagnées d'un certificat précisant qu'il s'agissait de réplique, la douanière décide tout de même de faire appel à des experts. " Ces trois objets, parfaitement conservés, sont des offrandes funéraires. Ils proviennent donc très probablement de la tombe d'un dignitaire qui a été pillée par des huaqueros. Ils ont été ensuite vendus à très bas prix au Pérou, avant d'être revendus bien plus cher à l'international ", explique Aicha Bachir-Bacha, archéologue à l'EHESS, spécialiste des Mondes américains.

Aujourd'hui, ces authentiques trésors vont être rendus à leur pays d'origine. Après plus de 12 ans d'analyse et d'organisation, le Pérou va enfin pouvoir récupérer cette partie de leur patrimoine historique et culturel. " C'est un symbole fort que de montrer que les pièces sont rendues par l'Occident, dont le regard a changé sur l'Amérique du Sud. Il ne se sert plus, il collabore d'égal à égal en matière de patrimoine culturel " a déclaré Aicha Bachir-Bacha.

Elles seront exposées au musée de Lima, dans une salle dédiée aux pièces rendues par les autres pays. " C'est ainsi qu'on recolle les pages du livre de notre histoire ", conclut Carlos Amezaga, ministre de l'ambassade du Pérou en France

L'importation, l'exportation et le transfert de propriétés illicites des biens culturels sont strictement interdits selon la convention de l'Unesco, approuvée par 137 pays. Cependant l'expéditeur n'a pas pu être condamné car il n'a pas été retrouvé.