• Connexion
Abandons des animaux : enfin une loi "pour en finir"
Publié le 09/07/2019 2342 partages

SociétéFrance

Twitter Facebook 2342 partages

À la suite des résultats affolants sur le nombre d'animaux abandonnés, une proposition de loi serait en cours afin d'en finir avec ce fléau. 240 parlementaires ont montré leurs mécontentements et s'engagent à déposer au plus vite ce projet de loi à la fin de l'été 2019.

Tout connaître sur cette prochaine loi

Le clip de sensibilisation de la Fondation 30 Millions d'Amis nous a appris que la France est championne d'Europe des abandons d'animaux. A la suite de ce constat, les parlementaires, de tout bord politique, ont réagi et s'engagent à mettre en place une loi et un durcissement des sanctions. Cette proposition de lois devrait être approuvée avant la fin de l'été 2019. 100 000 animaux sont abandonnés chaque année dont 60 000 pendant les vacances d'été dans l'Hexagone, selon l'association 30 millions d'amis.

"Les refuges d'association de protection des animaux se sont ainsi retrouvés submergés et leurs capacités d'accueil dépassées", dénoncent les députés dans la proposition de loi. Selon la Société protectrice des animaux, les abandons des félins ont augmenté de 20 % entre 2015 et 2017, tandis que le pourcentage se réduit à 6,5 % pour les canins, sur cette période.

" Un être sensible ne se jette pas "

©Fernando Gregory Milan / 123RF

" Un être sensible ne se jette pas ",rappellent les parlementaires. Menés par Loïc Dombreval, député (LREM) des Alpes-Maritimes, et Arnaud Bazin, sénateur (LR) du Val-d'Oise, cette proposition de loi devrait " en finir "avec les" abandons massifs "d'animaux domestiques.
L'actuelle loi votée en 1999 sanctionne l'abandon des animaux de deux ans de prison et de 30 000 euros d'amende. Une loi qui n'a pas obtenu l'effet escompté. Autre Mesure prise contre l'abandon : l'identification des chiens et chats rendue obligatoire en 1999 et en 2012. Cependant, son efficacité n'est que relative.

Outre la sensibilisation des enfants dans les programmes scolaires en classes primaires, les élus rappellent aussi que " les nombreux bienfaits sur la santé de la possession d'animaux de compagnie sont prouvés scientifiquement. Nous devons donc faire en sorte que les établissements chargés de l'accueil des personnes âgées ou dépendantes acceptent le résident accompagné de son animal ".