• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Easy-EcoComparateur
Un peuple du sud de l'Égypte élève des crocodiles comme animaux de compagnie
Publié le 18/03/2020

InsoliteEgypte

Twitter Facebook 140 partages

A Gharb Soheil, petit village de la province d'Assouan à 900km au sud du Caire, il n'est pas conseillé de s'introduire dans les foyers des gens. En effet les Nubiens, habitants de cette localité, possèdent des crocodiles du Nil au sein de leurs maisons. Cet élevage qui peut nous sembler atypique est là-bas une véritable tradition ancrée dans les moeurs, ainsi qu'un métier source de revenus touristiques pour le village .

 

 
© MAZURKEVICH ALEXANDER/123rf

Des habitants d'un village domestiquent des crocodiles

Les anges du Nil

Dans la plupart des maisons de ce village Nubien il n'est pas rare de pouvoir y croiser de gros reptiles. En posséder et le montrer au touriste est un signe de force selon Abdel Hakim Abdo, habitant de Gharb Soheil.

Les Nubiens sont un peuple du sud de l'Égypte et du nord du Soudan, remontant à près de 7000 ans. Beaucoup d'éléments de leur culture, notamment le mariage, s'articulent autour du Nil. Le fleuve millénaire regorgeant de crocodiles possède une importance presque sacrée. "Le Nil fait partie de l'identité des Nubiens (...) toutes les créatures qui y vivent sont considérées comme des anges" déclare Monsieur Abdo, habitant du village.

Une fierté pour les habitants

Monsieur Hassan, éleveur local possède un jeune crocodile du nom de Francesca, baptisée ainsi après le passage de visiteurs Italiens venus observer la créature d'1m50.
Les crocodiles du Nil peuvent atteindre une taille de 7 mètres et peser plus de 500 kg. Malgré cela Monsieur Hassan se veut rassurant "Ils grandissent à nos côtés. Nous les nourrissons et prenons soin d'eux. Naturellement, avec le temps, ils perdent leur férocité."

Cette pratique d'élevage est un véritable métier dans le village. Afin de se procurer les reptiles sacrés, les éleveurs se rendent au barrage d'Assouan afin de suivre les femelles et récupérer leurs oeufs. Après leur mort, le cuir de ces crocodiles domestiqués n'est pas récupéré, à la place ceux-ci sont empaillés. "Même si nous savons que leur cuir vaut son pesant d'or, nous ne souhaitons pas vendre la peau de nos crocodiles", souligne M. Hassan. "Nous en sommes fiers".