• Connexion
Des balançoires roses à travers le murs entre les États-Unis et le Mexique
Publié le 14/08/2019 60 partages

SociétéMexique

Twitter Facebook 60 partages

Balançoires sans frontières ! Teintées en rose fluo, longues et robustes, des balançoires relient le Mexique aux Etats-Unis. Elles ont été installées à travers le fameux mur qui sépare les deux pays, dans la région d'Anapra. Le but ? Pour que les enfants puissent jouer ensemble.

 

Des enfants s'amusent ensemble à la balançoire, l'un est au Mexique et l'autre aux Etats-Unis. Entre eux, un mur. A l'initiative de ce projet se trouvent deux professeurs californiens.
Ronald Rael, professeur d'architecture à l'université californienne Berkeley, travaille depuis 10 ans sur ce projet, avec Virginia San Fratello, qui enseigne le design à l'université de San Jose.

Le mur de la honte

Le mur de la honte
© Chad Zuber / 123RF

Trois balançoires roses sont installées à cheval entre Sunland Park, dans l'Etat américain du Nouveau-Mexique, et Ciudad Juarez, au Mexique. Un simple jouet qui est aujourd'hui devenu le symbole de l'opposition au projet de Donald Trump de bâtir ce mur.
Le défi est en tout cas relevé. Les enfants des deux pays sont séparés mais s'amusent ensemble avec ces balançoires traversant les barreaux du mur.

Aussitôt installées, les balançoires font leur effet. " c'est l'une des expériences les plus incroyables de ma carrière" selon Ronald Rael, professeur d'architecture à l'Université de Californie à Berkeley. "Un événement rempli de joie, d'enthousiasme et de convivialité à la frontière", raconte-t-il sur son compte Instagram.
C'est aussi et surtout un pied de nez à la politique migratoire restrictive de Donald Trump, qui tient absolument à ériger ce mur. Le 26 juillet, la Cour suprême américaine a validé le financement de ce mur avec des fonds du Pentagone.

"Nous sommes tous connectés"

"C'est un beau rappel sur le fait que nous sommes tous connectés : ce qui se passe d'un côté affecte l'autre", a tweeté l'acteur mexicain Mauricio Martinez.
"Le symbole de la balançoire est juste magique", a affirmé Claudia Tristan, qui travaille pour le candidat démocrate à la présidentielle Beto O'Rourke. "Les barrières à la frontière ne nous couperont pas de nos voisins."