Égypte : des archéologues découvrent une nécropole avec sarcophages et momies !
Publié le 11/03/2018 3437 partages

CultureEgypte

Twitter Facebook 3437 partages

La Haute-Égypte a livré de nouvelles trouvailles le mois dernier avec un antique cimetière, vieux de plus de 2 000 ans. À l'intérieur, des trésors cachés inestimables entre momies, sarcophages et bijoux.

Le ministère égyptien des antiquités a annoncé fin février la découverte d'une ancienne nécropole, édifiée sous le règne de la dynastie ptolémaïque au sud du Caire. Située près d'un vaste site archéologique en bordure du désert occidental, cette région est aussi connue pour abriter les anciennes catacombes de la période tardive pharaonique. À l'intérieur de la nécropole, les experts ont recensé au moins quarante sarcophages endormis depuis plus de 2 000 ans, répartis dans huit tombes. Le site cache aussi une momie hors du commun.

Les fouilles, organisées par le Conseil suprême des antiquités égyptiennes, avaient commencé fin 2017, et ce n'est que deux mois plus tard que l'équipe d'archéologues menée par Mostafa Waziri trouve ces pépites : huit tombes enfouies dans un complexe sous-terrain situé à Al-Minya, à quelques mètres d'une autre nécropole bâtie en l'honneur du Dieu Thot.

Une momie qui sort du lot

Une momie qui sort du lot
© ttatty/123RF

Parmi les sarcophages, celui d'un des grands prêtres de Thot, Dieu à tête d'Ibis du savoir, de la science, de l'écriture et du jugement dernier. Son identité a été révélée grâce aux hiéroglyphes gravés sur les vases canopes, qui comportaient le nom de Djehuty-Irdy-Es. Cette momie de noblesse confirme son éminence par les ornements portés dont un collier en bronze représentant la déesse Nout, des pierres précieuses, des amulettes et des feuillets de bronze.

Un trésor inestimable

Outre cette momie, les chercheurs sont aussi tombés sur des figurines de faïence typiques des rites funéraires, des ouchebtis. « Nous aurons besoin d'au moins cinq ans pour travailler sur la nécropole », confirme le ministre des antiquités égyptiennes Kaled el-Enany, pour qui, ces premières révélations ne sont « que le début de nouvelles découvertes ».