• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Communauté
      • Easy-EcoComparateur
  • Easymiles
  • Connexion
Aujourd'hui, plus de 800 millions d'humains n'ont pas accès à l'eau potable
Publié le 22/03/2019 , Modifié le 25/03/2019

SociétéFrance

Twitter Facebook

Un rapport que les Nations Unies viennent de présenter à l'occasion de la Journée mondiale sur l'eau fait un bilan alarmant. Tandis que la population mondiale continue de s'accroître et que l'eau se raréfie, trois personnes sur dix dans le monde n'ont pas accès à l'eau potable.

 

 
© Mayer Riccardo

Dans leur rapport annuel sur l'eau intitulé " Ne laisser personne pour compte ", l'ONU et l'Unesco déclarent que la demande mondiale en eau potable devrait augmenter de 30% d'ici 2050. En cause, une forte croissance démographique et un constant développement de l'économie et des modes de consommation. Cependant, le réchauffement climatique pourrait aggraver la situation et rendre encore plus difficile l'accès à l'eau en provoquant sécheresse et inondations.

Le rapport parle déjà de 2,1 milliards de personnes, soit 29 % de la population mondiale, qui n'avaient pas accès à un service d'eau gérée en toute sécurité, de 844 millions de personnes qui n'avaient pas du tout accès à l'eau potable et 4,5 milliards qui n'avaient pas accès à des services d'assainissements, en 2015.

"L'accès à l'eau est un droit humain vital pour la dignité de chaque être humain. Pourtant, des milliards de personnes en sont toujours privées", a déclaré, dans un communiqué, Audrey Azoulay, directrice générale de l'Unesco. Le rapport dénonce ceux qui sont laissés-pour-compte, " la situation des pauvres en milieu urbain, des pauvres en milieu rural et les personnes déplacées de force ". L'accès à une eau potable sûre est assuré à 94 % en Europe et en Amérique du Nord contre seulement à 24 % en Afrique subsaharienne.

 

 
© john wollwerth

Le manque d'eau potable, reconnut comme un droit de l'homme fondamental depuis 2010, peut avoir des conséquences très graves sur les populations. Selon l'ONU, 780 000 personnes meurent chaque année de la dysenterie et du choléra. Un nombre qui dépasse largement le nombre de personnes tuées dans le monde par les conflits, les séismes ou les épidémies.

Face à ce bilan, l'ONU propose une solution, celle d'investir plus. Les besoins sont estimés à 114 milliards de dollars par an, trois fois plus que ce qui est dépensé aujourd'hui. " Les gens fortunés qui payent très peu doivent commencer à payer plus pour que l'accès soit universel ", explique Richard Connor, directeur en chef du rapport.