• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Communauté
      • Easy-EcoComparateur
  • Connexion
Cinq trouvailles archéologiques surprenantes en France
Publié le 28/06/2019

CultureFrance

Twitter Facebook 69 partages

Certaines découvertes archéologiques ont joué un rôle fondamental dans notre société et grâce à ces derniers nous avons pu résoudre certaines énigmes du passé. Ces fouilles ont été primordiales pour apprendre les différentes façons de vivre des civilisations anciennes dans le monde entier. Voici cinq belles trouvailles archéologiques qui ont changé notre histoire.

 

 
© joserpizarro / 123RF

Grâce aux historiens et aux archéologues, il est possible aujourd'hui de donner une identité aux anciennes civilisations. Certaines semblent connues d'autres attendent toujours à se faire découvrir Les fouilles sont l'occasion de vérifier s'il n'existe pas une autre civilisation méconnue, un autre pays, un autre rituel mystique, des vestiges témoignant de l'histoire...
En Europe, en Afrique, en Asie ou bien aux Amériques, les archéologues sont toujours en quête de la découverte du siècle qui changera encore une fois notre histoire. On compte plus de 2 000 archéologues chaque année qui effectuent plus de 200 fouilles.
Voici les cinq plus belles fouilles, réalisées par l'institut national de recherches archéologiques préventives, en France selon Lepoint.fr.

L'histoire des villages enfouis

Des archéologues se sont rendus à Faux-Fresnay dans le Marne afin de fouiller un site qui devait recevoir un poste électrique de RTE. L'équipe tombe sur des fosses de chasse qui date de l'époque néolithique de 5 000 à 2 000 avant notre ère. Grâce à cette découverte, les archéologues ont pu également révélés deux villages datant entre 1100 et 900 avant notre ère aussi. Un des villages comprend en plus 25 maisons. Entre les deux villages, un tumulus funéraire a été découvert où les paysans abritaient leurs récoltes. Il a ensuite été servi de sépultures, selon les archéologues. Trois cadavres ont été retrouvés dont deux d'entre eux partagent le même silo.

Du vin, des verres et un cadavre

Du vin, des verres et un cadavre
© microgen / 123RF

En Corse, le village d'Aleria est connu pour ses racines étrusques et romaines. Les archéologues ont été invités à reprendre les fouilles dans cet endroit à la suite d'une demande de construction dans le coin. Ils ont trouvé des marches qui s'enfoncent dans le sol et qui débouchent sur un couloir qui s'arrête jusqu'à une chambre funéraire. La tombe retrouvée à l'intérieur date de l'époque étrusque. On y voit un crâne qui semble être allongé sur une banquette selon les archéologues. On a également découvert dans ce caveau, trois coupes à vernis noir, l'anse d'un œnochoé, des gobelets à grandes anses.

Les archéologues de l'Inrap ont été appelé afin de résoudre une énigme du passé datant du XVIIe siècle, à l'époque de la marquise de Sévigné. Cette dernière passait beaucoup de temps dans le château de son beau-fils le comte de Grignan. C'est d'ailleurs dans son château qu'elle meurt en 1696. Dans son cabinet d'écriture, on y découvrit des vestiges d'un escalier à vis jamais construit. Il semblerait qu'il ne s'agisse pas d'un escalier mais plutôt d'une assise d'un cabinet d'aisances. Le placard abritait le petit coin de la marquise.

De l'argent et des armes

L'oppidum du mont Castel qui domine Port-en-Bessin dans le Calvados regorge encore de nombreuses surprises aux archéologues. Plusieurs objets précieux ont été découverts comme deux caches d'armes datant avant le débarquement allié, des fragments d'épées, des haches et de lances. Une des caches est d'ailleurs celle d'un horreum qui date de l'époque romaine. Plusieurs pièces de monnaies ont été découvertes aussi et qui devaient sûrement rémunérer les auxiliaires gaulais qui étaient employés comme mercenaires par Rome.

Sous les toilettes se cache...

Direction Dijon, tout près de la cathédrale Saint-Bénigne, où un projet de création d'un bâtiment est en cours. Considéré comme un quartier historique, un diagnostic archéologique a été réalisé afin de détecter l'existence possible de vestiges. Il semblerait que le sous-sol cache un trésor ! En fouillant, les experts sont tombés nez à nez avec des toilettes qui datent du XIXe siècle. Jusque là rien d'anormal, excepté que le trésor se cache bien sous les toilettes ! Les archéologues ont trouvé 33 pièces d'or et d'argent dans un joli coffret en cuivre érodé par l'urine. À l'époque, Charles VII régnait sur la France et il avait interdit l'utilisation de toutes les monnaies étrangères sur le territoire français. Une personne a donc décidé de cacher ce petit butin et de ne pas le rendre aux autorités. Elle avait en main des pièces belges, savoyardes et italiennes pour un total de 15 000 euros !