• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Communauté
      • Easy-EcoComparateur
  • Connexion
Chartres : découverte de la maison Picassiette recouverte de mosaïques
Publié le 14/09/2020

InsoliteFrance

Twitter Facebook 127 partages

Au 22 rue du Repos, à Chartres, au bout d'un chemin étroit, se niche un monument particulier : la maison Picassiette. L'édifice est entièrement recouvert de mosaïques, de faïences cassées, de sculptures et de peintures. Au total, on compte plus de quinze tonnes de débris de vaisselle et de verre utilisées. Derrière ce petit bijou, une belle histoire de famille se dessine. On vous dévoile les secrets.

 

 
© Philippe Halle / 123rf

À Chartres, une petite curiosité attire l'oeil des voyageurs : la maison de Picassiette. Avec une allure fantastique, ce monument est aussi bien fascinant que intriguant. Derrière cette oeuvre d'art se cache un homme à l'imagination débordante, Raymond Isidore. Ce dernier n'avait qu'un seul rêve : recouvrir entièrement sa maison de mosaïque. Il a d'ailleurs passé toute sa vie à construire ce palais extraordinaire qui aujourd'hui, est administré par le musée des Beaux-Arts de la ville.

Selon sa veuve et ses deux beaux-fils, il trouvait souvent ses inspirations dans ses rêves nocturnes. Ainsi, on retrouve dans son art des références au patrimoine de Chartres (la cathédrale de Chartres, la Porte Guillaume) mais aussi des monuments de France (le Mont-Saint-Michel, la Tour Eiffel, une reproduction de la Joconde). Son travail révèle aussi son attachement avec le christianisme.

29 000 heures de travail

29 000 heures de travail
© Philippe Halle / 123rf

Composée de trois pièces, cette maison est recouverte de morceaux de faïences cassées, des murs jusqu'aux sols en passant par les plafonds. L'artiste a également recouvert son mobilier : chaises, gazinière, vaisselier, machine à coudre, tables, lit. Il ne s'est pas arrêté aux intérieurs. Sa folie artistique se révèle aussi sur les murs extérieurs et dans son jardin. Au total, Raymond Isidore a consacré environ 29 000 heures de travail pour décorer sa maison entièrement. Il a également utilisé plus de 15 tonnes de débris de vaisselles et de verres qu'il trouvait dans les décharges publiques.
Aujourd'hui, les lieux sont gardés par Cécile Rolland, l'arrière-petite-fille d'Adrienne Rolland, la femme de Raymond Isidore. La maison est aussi la propriété de la ville de Chartres depuis 1981 et a été classée monument historique en 1983.

 

Informations pratiques

La maison Picassiette, 22, rue du Repos, est ouverte du mardi au vendredi de 10 heures à 12h30 et de 14 à 18 heures et le samedi et dimanche de 14 à 18 heures. L'accès est limité à 20 personnes et le prix est à 6 euros par personne (gratuit pour les moins de 18 ans).