• Connexion
Halloween : nous vous racontons les 20 légendes sud-américaines les plus effrayantes !
Publié le 17/10/2019

SociétéMexique

Twitter Facebook 1285 partages

Questions histoires d'horreurs et créatures fantastiques, l'Amérique du Sud possède certainement une des cultures les plus riches. Véritable terre de légendes, le partage et le mélange des récits oraux des civilisations incas, mayas et des peuples actuels ont donné naissance à des histoires et des mythes aussi effrayants que fascinants. Voici 20 légendes sud-américaines à raconter à vos frères et sœurs, à vos neveux et nièces ou à vos enfants pour leur ficher la trouille de leur vie !

  • Twitter
  • Facebook
  • La Llorona, la dame blanche du Mexique
    La Llorona, la dame blanche du Mexique

    Très connue en Amérique latine, la légende de la Llorona - la pleureuse, en français - est une version revisitée du mythe de la dame Blanche. L'histoire se déroule au XVIème siècle. À l'époque, les habitants de l'ancienne ville de Tenochtitlán au Mexique fermaient portes et fenêtres, car toutes les nuits, ils pouvaient entendre les pleurs d'une femme qui déambulait dans les rues dans un épais brouillard. Vêtue de blanc et d'un voile sur le visage, elle parcourait la ville en pleurant et en criant « Où sont mes enfants ? ». Elle finissait par s'agenouiller sur la Plaza Mayor en regardant vers l'est, avant de se diriger vers le lac Texcoco où elle disparaissait dans la brume. La légende raconte qu'un jour de pluie intense, elle aurait noyé ses quatre fils dans le lac parce qu'elle ne pouvait plus les assumer financièrement. Elle les aurait regarder se débattre contre le torrent pendant de longues minutes avant de repartir. Puis, après avoir pris conscience de son geste, elle serait revenue sur les lieux pour se suicider. D'autres versions de cette histoire existent, mais l'important est de retenir que toutes les personnes qui se sont approchées de la Llorona sont mortes où enfermées dans des asiles.

  • Le Chupacabra, connu dans le monde entier
    Le Chupacabra, connu dans le monde entier

    À traduire en français par « suceur de chèvres », ce mythe sud-américain fait partie des plus connus à travers le monde. Le Chupacabra serait une créature aux yeux bleus, avec des crocs saillants et sans poil. Il se nourrirait du sang des animaux, qu'il sucerait jusqu'au cervelet par des trous parfaitement circulaires dans leurs gorges. La légende du Chupacabra débute autour de 1992, lorsque deux journaux portoricains commencent à parler de morts mystérieuses d'animaux dans le pays. Très vite, les tueries s'étendent en Argentine, en Bolivie, au Chili, ou encore en Colombie, avec le même point commun : des animaux de ferme saignés à blanc et parfois éviscérés, avec un trou béant dans la gorge...

  • Les crânes de cristal : réelle malédiction ?
    Les crânes de cristal : réelle malédiction ?

    Les crânes de cristal existent réellement et sont éparpillés à travers le monde : vous pouvez d'ailleurs en observer deux authentiques à Paris et à Londres, au British Museum. Aussi magnifiques que fascinants, ils ont suscité de nombreuses histoires fantastiques. La légende raconte que ces crânes possèdent des pouvoirs surnaturels, comme celui de guérir ou de réfléchir la lumière en la projetant par les orbites. Il existerait au Mexique douze crânes de cristal, cachés lors de la conquête espagnole : quand ils seront réunis, l'empire aztèque se reconstituera. Une autre partie de cette légende révèle l'existence d'un treizième crâne - le crâne dansant - qui doit être placé au centre d'un cercle constitué par les douze autres. Ces objets, transmis aux Hommes par des extraterrestres ou des Atlantes (habitants de l'Atlantide), seront rassemblés lorsque l'Humanité sera prête à découvrir sa mission et son avenir. En 2012, alors que la fin du monde était prévue pour le 21 décembre par le calendrier Maya, certains affirmaient que la Terre et l'espèce humaine ne pouvaient être sauvées que si les 13 crânes étaient réunis.

  • Le volcan Barva, une promesse pas tenue
    Le volcan Barva, une promesse pas tenue

    La légende raconte qu'à l'époque de la conquête espagnole, deux conquistadors grimpèrent jusqu'à la cime de ce volcan de la Cordillère Centrale au Costa Rica. Épuisés par la faim et la fatigue, ils trouvèrent néanmoins un trésor laissé par les Indiens dans leur fuite. Mais, ils n'eurent pas le temps d'en profiter longtemps : l'un deux mourut de fatigue juste après avoir fait promettre à son compagnon d'utiliser l'or pour élever un ermitage à la vierge du Pilar, patronne des Espagnols. Celui-ci jura d'accomplir sa promesse, mais son avarisme le poussa à s'emparer de tout le trésor. Il enterra son ami et marcha toute la nuit. Au matin suivant, il vit, terrorisé, qu'il se trouvait toujours au même endroit. C'est alors qu'une belle fille apparût. En apercevant l'homme, elle se mit à pleurer. Elle dit se nommait Pilar et que si elle plaurait, c'était à cause des hommes sans foi qui ne tenaient pas leurs promesses. L'Espagnol lui proposa alors de construire le temple avec tout le trésor, à condition qu'elle l'aide à sortir de la montagne. Mais elle refusa son offre et continua de pleurer jusqu'à ce que ses pleurs et son être se fondent en un lac. L'espagnol, désespéré, tenta de chercher et d'appeler la fille tout autour du lac, mais ce fut en vain puisqu'il finit par mourir d'angoisse.

  • Le Christ noir de Portobelo
    Le Christ noir de Portobelo

    L'histoire de cette statue, qui se trouve dans l'église San Felipe depuis 200 ans, a plusieurs versions, mais celle-ci reste la plus connue. En 1814, au large de Portobelo au Panama, un galion espagnol en provenance de Carthagène des Indes est pris dans une grosse tempête, l'obligeant à se réfugier dans la baie. Dès que le vent se calmet, le bateau tente de reprendre la mer mais à chaque fois, la tempête se remet à souffler de plus belle, l'obligeant à faire demi-tour. Après plusieurs tentatives durant lesquelles ce scénario se répète inlassablement, le capitaine décide alors d'alléger le bateau. Il jette à l'eau plusieurs caisses contenant des objets religieux restées à bord par erreur. Finalement, il arrive à quitter la baie. Les habitants de Portobelo, un peu surpris par ce curieux manège, sont allés récupérer les objets jetés par dessus bord. C'est là qu'ils découvrent le Cristo Nazareno : le Christ noir. D'après eux, le Christ refusait de quitter l'île, et provoquait lui-même ces rafales de vents. Depuis son arrivée, les habitants pensent que la statue a provoqué plusieurs miracles, comme le traité interdisant l'esclavage ou l'indépendance du Panama. L'événement sera d'ailleurs célébré le 21 octobre 1821, et depuis, chaque année, à cette date, a lieu une procession d'action de grâce.

1

La Dame Blanche, le Croquemitaine, le Yeti, ou le monstre du Loch Ness... Ces noms vous disent certainement quelque chose. De génération en génération, les plus grands racontent les histoires de ces monstres effrayants aux plus jeunes pour leur faire peur. Bien sûr, en grandissant, on comprend que ce ne sont que des mythes et des légendes, qu'à notre tour nous racontons aux plus jeunes les soirs de baby-sitting ou de feu de camp pour les effrayer.

Mais certains monstres semblent parfois bien plus réels que d'autres. Dans les cultures sud-américaines, les légendes comme celle du Chupacabra, ce monstre qui dévore les animaux, ou d'El Imbunche, cet enfant transformé en horrible monstre assassin, sont si détaillées et authentiques qu'elles nous donnent presque la chair de poule. Amateurs d'histoires d'horreur, voici 20 légendes terrifiantes et fascinantes venue tout droit d'Amérique du Sud, à lire de préférence avec (toutes) les lumières allumées.

C'est sans contexte, qu'on peut affirmer, qu'au Nicaragua, au Mexique ou encore au Salvador, les légendes sont effrayantes. Personnellement, je ne me risquerais pas à vérifier la véracité de ces histoires, sait-on jamais...