• Menu Fermer
  • Easyvoyage, comparateur de voyages et vol
    • Vol
    • Hôtels
    • Séjours
    • Clubs
    • Bons Plans
    • Guide
    • Plus
      • Idées Voyage
      • FlightDeal
      • Camping
      • Circuit
      • Voitures
      • Easy-EcoComparateur
Quand les cartographes piègent Google Maps
Publié le 26/03/2016 , Modifié le 18/10/2017

CultureEtats-Unis

Twitter Facebook 30 partages

On recense dans l'histoire de Google Maps et d'autres sites de cartes en ligne quelques erreurs souvent subtilement glissées à l'intérieur des plans par les cartographes. Petite sélection des endroits imaginaires qui n'ont jamais existé dans la réalité.

Peut-être avez-vous déjà entendu parler d'Agloe dans l'état de New York aux Etats-Unis ? Une ville inventée de toutes pièces par les cartographes dans les années 1930 avant de finalement devenir un emplacement géographique réel.

Alors pourquoi une pratique si absurde ? Tout simplement pour permettre aux cartographes de protéger leur travail face aux entreprises qui commercialisent ces plans ou, à l'air d'Internet, lutter contre des sites tels que Google Maps qui se l'approprient sans gêne ni autorisation légale.

L'histoire d'Agloe est un peu particulière car habituellement, les cartographes ne poussent pas le vice jusqu'à inventer une ville dans son intégralité. En effet, d'ordinaire, pour se prémunir du plagiat, ces derniers procèdent à de judicieux stratagèmes. Altitudes des montagnes réajustées, rivières sorties de nulle part ou impasses inexistantes, tous les moyens sont bons pour piéger les copieurs. Des techniques qui s'avèrent ensuite déterminantes pour les recours en justice !

# Argleton

# Argleton
© Google Maps

Prenez Argleton, par exemple, une ville dans le nord de l'Angleterre ou, plus précisément, un champ vide dans le nord de l'Angleterre. Pourtant, pendant un certain temps, Argleton existait bel et bien sur Google Maps. Certains sites web répertoriaient même des hôtels, des entreprises et des appartements à louer au sein de la ville. Les entreprises étaient réelles, mais elles étaient en réalité implantées dans des villages voisins. En 2009, Google a effacé Argleton de sa carte numérique.

# Moat lane

# Moat lane
© gizmodo.com

Moat Lane est censé être une route sinueuse à Finchley, au nord de Londres. Pourtant, le satellite de Google ne révèle que des arbres et des jardins à cet endroit. Comme Argleton, Moat Lane a probablement été reporté à partir du répertoire TeleAtlas, qui a formé la première base de données de Google Maps en Europe. La route a depuis été effacée.

# Lye Close

# Lye Close
© gizmodo.com

La carte de Bristol contient une petite impasse baptisée Lye Close, émergeant de Canynge Square. Elle n'est pas inscrite dans la liste des rues de la ville mais y est pourtant curieusement placée et porte, à vrai dire, plutôt bien son nom. Bien joué messieurs les cartographes !

# Kemp Ave

Parce que cette pratique des rues de pièges reste tout de même officieuse, il est parfois difficile de déterminer s'il s'agit d'une duperie volontaire ou d'une véritable erreur. Kemp Ave à Toronto, par exemple, est une voie banalisée située derrière quelques maisons. Il a été effacé de Bing Maps, mais apparaît toujours sur Google.

A lire aussi

Google Street View, photographe talentueux
Google Maps : un mystérieux avion au fond d'un lac