• Connexion
Belgique : une centaine de personnes cotisent pour acheter et sauver une forêt
Publié le 21/10/2019

InsoliteBelgique

Twitter Facebook 112 partages

Un grand bois de 79 hectares est en vente en Belgique. Pour éviter que ce terrain tombe entre les mains d'une société qui profiterait pour construire un bâtiment, plusieurs personnes se réunissent pour sauver et protéger cet endroit.

 

 
© Andrey Volokhatiuk / 123RF

Il était une fois cinq potes qui eurent une idée révolutionnaire. En voyant une forêt d'environ 79 hectares à vendre sur Internet, ils ont pris peur que ce petit bout de nature tombe entre les mains d'une entreprise qui profiterait du terrain pour tout raser et bétonner. Au final, c'est devenue une histoire d'une forêt en vente à 695 000 euros, dont plusieurs personnes se sont réuni pour la préserver. En effet, ce n'est pas seulement l'idée de cinq amis Belges mais une histoire de plus de 700 personnes qui ont promis d'investir dans une coopérative si les dons permettaient d'acheter ce terrain.

Préserver la nature

" Le Grand Bois ", c'est le lieu-dit. Ce dernier se trouve entre le Brabant wallon et le Hainaut, à Hennuyères, dans l'entité de Braine-le-Comte, en Belgique. Ce lieu privé est loué durant les périodes de chasse, sinon il est inacessible au public. Pourtant, il dispose de chemins vicinaux et qui peuvent être empruntés.
" On habite la campagne, pourtant les zones d'accès au public et aux enfants se réduisent. On bétonne de plus en plus ", déplore David Nerinckx, l'un des initiateurs du projet qui habite à un kilomètre du bois à peine. Bien qu'il n'y ait pas de projets de construction ou de déforestation, David Nerinckx et ses quatre autres amis ont décidé d'en faire un lieu préserver et surtout accessible à tous.

Un site à protéger

Cette forêt bénéficie du statut de site Grand Intérêt Biologique (SGIB) et il est aussi classé Natura 2000. Mais ces deux titres ne lui permettent pas de bénéficier davantage de protection. " C'est un statut de protection insuffisant. À Wavre, par exemple, il est prévu que le contournement passe sur des terrains classés Natura 2000 ", cite David pour l'exemple. La coopérative souhaiterait avant tout donner un statut de réserve naturelle à cette forêt.

Actuellement, il y a environ 700 personnes qui ont promis au minimum 300 euros chacune, soit une part dans la coopérative. Il manque encore une petite moitié de la somme. Pour le moment la "protection de la nature" de ce bois représente environ 60% de sa surface dans le projet actuel. " La réserve naturelle deviendra un espace de préservation de la nature et de restauration de certains biotopes ", espèrent les initiateurs. " C'est un projet qui évolue avec le temps, rien n'est arrêté, on ne peut encore rien affirmer ". Ils ajoutent également : " nous ne sommes pas encore une coopérative, car si quelqu'un d'autre achète le terrain avant nous, ça ne servira à rien. Pour le moment, on demande aux gens de s'engager moralement ".

Un site à partager

En plus de vouloir le préserver, David expose l'idée d'ouvrir ce site à tout le monde. " L'autre partie serait commune, pour que les gens puissent se l'approprier. On veut une zone où les gens peuvent se rencontrer ". Il souhaite en faire un verger, de jardin, mais aussi ajouter des activités culturelles ou faire des classes à l'extérieur, de camps scouts.
Dernièrement, différentes activités ont d'ailleurs déjà eu lieu dans le bois privé. " Le contact est très bon avec le propriétaire. On a parlé de notre projet et à chaque fois qu'on a demandé une autorisation, il a toujours dit oui ", reconnaît David. " Plein de gens sont sensibles au projet car cela parle plus que le bois, ça parle de l'environnement. Tout le monde est assez enthousiaste. En 14 mois, je dirais qu'il n'y a qu'une dizaine de personnes qui n'en ont pas dit du bien et en général ce sont des préoccupations purement pragmatiques " : projet impossible à gérer, trop de personnes investies, etc. " Mais on peut imaginer les choses autrement. Si on attend, soit il n'y a rien qui vient, soit on est déçu ".